Au miroir du sport

L’objet de ce blog sera en premier lieu l’histoire du sport. Autour de ce thème, des sujets variés seront abordés afin de démontrer que le sport, territoire d’expression individuelle d’un sentiment collectif, est pleinement intégré à nos sociétés. Considéré très tôt comme marqueur de l’appartenance à une classe sociale, puis comme vecteur du patriotisme, le sport est ancré dans nos identités de manière si profonde que la performance physique, que tout un pan des experts veut toujours mesurer, analyser, comparer, s’efface et bascule souvent dans « l’irrationnel » cher aux commentateurs. C’est ce lien à notre identité qui fait tout à la fois le succès et l’échec éternel du projet pacificateur du sport : si le combat sur le terrain est encadré par des règles et permet à deux adversaires de se mesurer, faisant du sport un outil diplomatique réel, les spectateurs prolongent régulièrement l’affrontement dans les tribunes, voire au-delà du stade, et l’hooliganisme met à mal l’image du sport.

Les exemples sont nombreux et témoignent de l’imbrication à différents niveaux du sport dans notre identité : un niveau national, le plus évident, qui trouve son origine bien avant la Première Guerre mondiale, quand le sport doit permettre de « rebronzer » la jeunesse, de s’assurer que la race française, ou anglaise, ou allemande, est bien vigoureuse et prête à défendre son pays. Les politiques nationalistes, les succès du sport fasciste, mais aussi les volontés d’user du sport comme outil diplomatique puis culturel n’ont fait qu’ancrer encore plus profondément cette identité sportive nationale qui sert parfois d’étalon au moral du pays : ainsi, le désamour des Français pour les Bleus, à la fin des années 2000.

La ville, ou la région, est un autre niveau. Ce niveau qui est à l’origine des derbys, les affrontements les plus passionnés qui soient. Héritiers des querelles de villages médiévales, quand les jeunes battaient la campagne pour aller venger l’honneur de la communauté sur le terrain du voisin, le derby doit asseoir pour quelques mois au moins une domination sur la région, flatter l’égo du vainqueur et humilier le perdant. C’est la réflexion qui revient chaque année au Torino comme ailleurs : peu importe le classement final, la saison sera réussie si l’on parvient à battre la Juve. C’est aussi ce rapport passionnel, cette cristallisation des enjeux qui explique que les derbys plus que les autres rencontres soient le théâtre, sur le terrain comme en dehors, de mauvais gestes, de provocations, voire de drames.

Le quartier, mais plus souvent derrière lui l’idée de classe sociale, est un troisième niveau. Parfois, il rejoint le niveau de la ville, avec des derbys comme celui de Liverpool ou de Manchester, avec d’un côté un club des riches, de l’autre un club des pauvres. Plus complexe est le cas londonien, puisque la ville compte régulièrement cinq clubs ou plus dans la même division. Une recomposition des derbys s’opère alors, chacun porteur d’un enjeu différent (derby du Nord de Londres avec Arsenal-Tottenham, club populaire contre club élitiste avec Arsenal-Chelsea, etc.). Cette identité s’inscrit dans l’histoire même du sport, puisque de nombreux clubs sont à l’origine liés à une entreprise, le paternalisme faisant son œuvre pour orienter les ouvriers vers une activité physique saine (et apte au développement physique des plus jeunes) plutôt que vers les cabarets. Toujours dans le domaine du football, le cas Peugeot à Sochaux est l’exemple emblématique puisque le club a vite dépassé le cadre de l’entreprise et tient un rôle majeur dans la professionnalisation du football en France.

Cette question de l’identité n’est pas le seul facteur qui mêle le sport à l’histoire. Ainsi, la place de la femme dans nos sociétés peut notamment s’illustrer par la place qui lui est accordée dans le sport. Longtemps rejetée de nombreux sports par peur des conséquences pour sa fertilité, la femme accède peu à peu, au sein d’espaces restreints, à plus de sport après la Première Guerre mondiale. Le mouvement d’émancipation est alors porté par quelques pionnières issues de la haute société, et qui pratiquent des sports non moins élitistes : aviation, alpinisme. Dans quelques structures purement féminines, les femmes découvrent le football, le basket, l’athlétisme, mais pratiquent surtout la gymnastique. Vient alors le régime de Vichy et toute la place qu’il accorde à la femme, qui est d’abord une mère. Les jeunes femmes sont alors encouragées à faire du sport pour être en bonne santé et donner des enfants vigoureux à la France : les effectifs de tous les sports gonflent, 2 nouveaux pratiquants sur 3 sont des femmes. Pour autant, le sport demeure un combat quotidien pour les femmes, interdites de Jeux Olympiques jusqu’en 1928 et dont la médiatisation est, aujourd’hui encore, bien moindre que celle des hommes.

Identité collective, diplomatie, émancipation féminine, le sport s’inscrit pleinement dans l’histoire au-delà du champ culturel, des records, des stades, des champions. Il est porteur de tout ce qui fait la civilisation : règles, émotions, esthétisation, valeurs. Comme l’art ou la musique, le sport en tant que spectacle est une création purement humaine car inutile à la survie de l’individu mais indispensable à la bonne santé de la communauté. C’est à la fois un défouloir individuel au sens physique et émotionnel, le théâtre de rêves, le ciment d’une identité collective, des modèles à suivre et un instrument de contrôle des foules. Un objet de recherche qui s’intéresse à l’homme comme individu, qu’il soit champion, sportif du dimanche, dirigeant ou spectateur, comme à l’Homme en société.


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Hi, this is a comment.
    To get started with moderating, editing, and deleting comments, please visit the Comments screen in the dashboard.
    Commenter avatars come from Gravatar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.