Genèse d’un projet de recherche (Master)

Cet article est à la fois un brouillon très personnel du projet de recherche que je dois bientôt rendre et un témoignage que j’espère utile pour ceux qui songent à s’engager en Master recherche. Sans prétention, l’expérience du mémoire de Master 1 et la lente maturation de mon projet actuel, ainsi que la lecture attentive et appliquée de l’article d’Émilien Ruiz, m’ont amené à poser ma réflexion, et à vouloir la partager. Il s’agit donc plus du cheminement que du projet final.

Thierry Gilardi, auteur de mes premiers frissons sportifs
Source : Sport24 – Le Figaro

Sans suivre la trajectoire de nombreux enfants et adolescents qui découvrent tôt le football et baignent dans un certain supporterisme, mon intérêt pour le sport est assez ancien, bien que parfois distant. Hormis mon grand-père, témoin de la grande époque des Verts, et le frisson général provoqué par la Coupe du Monde 2006, le sport à la télé, pour ne pas dire « le sport des autres », était à peu près inexistant dans ma famille. Il résonnait pourtant fortement en moi, j’y reviendrais peut-être dans un article futur.

Pour autant, je ne me suis penché sur l’objet historique « sport » que depuis les environs du mois de décembre 2017, et ma découverte de l’historiographie du sujet est encore en cours (elle n’a pas été facilitée par la fermeture de la bibliothèque pendant plusieurs mois). La bibliographie est foisonnante, mène sur divers champs d’études, et peut facilement vous perdre si vous n’avez pas de fil directeur. En ce qui me concerne, l’objectif de la thèse financée doit primer sur les intérêts divers éveillés (ou réveillés) par la lecture. Ainsi, mes intérêts personnels en histoire autour des questions de genre, du fascisme (et des autoritarismes de manière plus large) et des identités collectives m’ont mené à l’idée d’un sujet sur le sport féminin durant l’entre-deux guerres et sous Vichy. C’est un moment où le sport féminin se développe, dans un double contexte de revendication d’égalité après la Première Guerre mondiale et de souci hygiénique (sous des mots et des concepts différents, l’idée de « régénération de la race » revient tant la Grande Guerre a montré la fragilité des corps dans une époque industrielle). Des olympiades féminines sont organisées, l’éducation physique devient affaire d’État et le régime de Vichy veut des femmes en bonne santé qui puissent être de bonnes mères. Mais l’essor du sport féminin sous Vichy (2 nouveaux pratiquants sur 3 sont en fait des femmes), issu d’une volonté de contrôle des corps (le fort développement du basket féminin trouve son origine dans les discours médicaux et idéologiques sur le corps féminin), est en réalité un moment d’émancipation pour les femmes.

Sujet intéressant, oui. Problème : il n’est pas vraiment stratégique dans la recherche de financement par les médias sportifs, mon milieu d’insertion professionnelle souhaité. Il faut donc faire des médias un objet central du sujet et mettre la question des femmes et du fascisme en lecture derrière l’intérêt sportif. En ce qui me concerne, mes intérêts sont surtout le football et l’olympisme (VILAIN SPECTATEUR MAINSTREAM). D’où l’idée de comparer le traitement médiatique d’une édition de la Coupe du Monde et d’une édition des Jeux Olympiques. Mon intérêt pour le sujet en tant qu’historien est réel et une telle étude me rend crédible auprès des fédérations sportives mais aussi du milieu du journalisme sportif en me faisait intégrer ses codes.

De là, à partir de l’idée d’un article à venir (no spoil !), je trouve intéressant d’étudier l’édition des Jeux d’Amsterdam en 1928. C’est la première fois où les femmes sont autorisées à concourir (ok, presque spoil…) et plus simplement à faire un gala et couronner les hommes vainqueurs, d’où une attention aux discours des responsables, politiques et sportifs, et de la presse. Le tout dans une Europe qui cherche à construire une paix durable (ce qui est l’un des buts des Jeux), qui ne connait pas encore la crise économique qui la guette, où l’Allemagne n’a pas basculé dans le nazisme, et où le sport n’est pas encore (hormis quelques cas) secoué par la question du professionnalisme. Il faut néanmoins être vigilant à ne pas considérer la participation féminine comme seul point intéressant à commenter, mais comme un point en relief dans une situation que l’on pourrait qualifier de « plane » en comparaison. Il conviendra bien sûr de vérifier la réalité de cette situation et de la commenter, au moins d’en faire un point de départ.

En face, la Coupe du Monde de 1934 apparait presque comme une évidence. D’abord, parce que la première, en 1930 en Uruguay, a rencontré peu d’échos en Europe. Ensuite et surtout, parce que le contexte est radicalement différent. Sans revenir sur la crise économique et le sport professionnel, il faut noter que cette édition se déroule en Italie fasciste, et est ainsi utilisée comme un formidable outil de propagande, notamment sur les capacités d’organisation de l’Italie. La victoire italienne permet en outre de légitimer le discours fasciste sur le corps, de donner une place de poids à l’Italie dans le monde du sport, et œuvre pour maintenir et renforcer la cohésion nationale dans un pays unifié depuis moins d’un siècle.

Affiche officielle de la Coupe du Monde 1934
Source : Kombini

Quitte à parler de fascisme et de propagande, pourquoi ne pas alors prendre les Jeux de Berlin en 1936 ? D’abord, ils ont déjà largement été étudiés. Ensuite, la dimension d’évènement de propagande et le contexte sont tels qu’ils ne peuvent que difficilement être comparé à un autre évènement sportif sans mordre, sans engloutir tout l’espace de la recherche, pesant même dans les moments dédiés à l’autre évènement par son ombre, son absence. Les Jeux de Berlin sont un trou noir béant qui n’admettent pas de partager la gravité d’un sujet avec un autre évènement sportif.

Dans le même ordre d’idée, j’ai préféré écarter la Coupe du Monde de 1938, même si elle se passe en France et voit encore le sacre de l’équipe italienne, consacrant la supériorité du sport fasciste. Non pas que cette édition ait un poids particulier, mais son contexte ajoute une part d’analyse en dehors du champ du sport qui me semble inutile, en plus de perdre l’aspect « instrumentalisation » de l’évènement. A discuter toutefois, car l’écart avec les Jeux d’Amsterdam est intéressant. Et les Jeux de Los Angeles en 1932 ? Ils n’ont rien de spécial, y compris le fait de ne pas être les premiers Jeux où les femmes peuvent concourir. Next.

L’idée est de montrer les différences de discours entre la célébration du sport amateur, internationaliste et pacifiste et l’admiration devant le triomphe de l’organisation d’un sport fasciste dominateur. Différences entre évènements mais aussi entre médias pour le même évènement : ainsi, il faudra comparer le traitement qu’en font presse généraliste, sportive, politique, régionale…

Le choix de prendre deux évènements de l’entre-deux guerres correspond à mon intérêt pour la période mais aussi à l’impression d’une historiographie plus prolixe, de nombreux ouvrages d’histoire du sport consacrant la majorité de leurs pages à l’avant 1945. Confortable pour un master à réaliser en un an, il faudra néanmoins réfléchir à basculer sur la Guerre Froide en thèse afin de s’assurer d’avoir plus de place pour faire une recherche « inédite/originale ».

Sur cette période, d’autres éditions de Jeux et de Coupes du Monde sont intéressantes dans cette perspective du traitement médiatique d’évènements sportifs insérés dans (ou parasités par) un contexte politique fort. Il en va ainsi des Coupes du Monde 1978 (qui se déroule en Argentine dirigée alors par la junte militaire) et 1982 (qui démarre dans l’actualité de la guerre des Malouines, question éclipsée en France par l’attentat de Schumacher sur Battiston ; on pourrait retrouver à la suite de ce choc de nombreux témoignages d’identités nationales dans le discours de la presse sur les thématiques de l’injustice, de la brutalité allemande, etc.). Les Jeux ne sont pas en reste : en 1956, alors que les chars soviétiques écrasent la révolution à Budapest, la Hongrie et l’URSS s’affrontent en demi-finale de water-polo…

Plane encore le risque de brouillage de l’étude du discours sur le sport par le contexte, même si cela permettrait de dégager d’autres types de sources (radio, même si elle naît dans l’entre-deux guerres, télévision surtout, mais aussi sources autres que les médias). C’est là qu’intervient un autre problème pour moi : en plus de n’avoir jamais fait d’histoire du sport avant cette année, je n’ai jamais formellement (hormis pour un ou deux exposé en licence) fait d’analyse de presse. Une analyse par ailleurs suffisante pour un mémoire de Master 2 ?

Crédits Image à la Une : CC geralt, Pixabay


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.