L’épopée du capitaine Nevill, image du Tommy footballeur

C’est une anecdote qui ressemble à une légende. Lors de la bataille de la Somme, le capitaine anglais Nevill lance une offensive en shootant dans un ballon de football vers les lignes allemandes. Pour parfaire l’image héroïque, Nevill tomba lors de l’attaque, mais ses hommes ramenèrent le “glorieux ballon”. L’histoire est reprise par les journaux et devient mythique. Au-delà de la véracité des faits, le capitaine Nevill devient l’incarnation du Tommy, le soldat anglais sportif, profitant du moindre moment pour jouer à son sport fétiche, le football. Retour sur la genèse d’une image et la place du football au front.

Le Miroir, 6 août 1916, page 16, Gallica

Cet épisode trouve parfaitement sa place dans le “grand match” qu’est la Première Guerre mondiale. L’expression montre bien l’ancrage, déjà, du sport et de l’exercice physique dans l’imaginaire collectif. La guerre vue comme un match permet, outre une euphémisation de la violence, d’essentialiser les parties qui s’affrontent, et de dresser le portrait, entre autres, de l’Allemand, du Boche, “un être fort, sain”, qui “se prépare virilement” à la guerre selon Proust. A travers les nations, c’est donc un match des races qui s’annonce. Le discours sur la faiblesse de la race française est monnaie courante depuis la défaite traumatisante de 1870. Son “redressement” est une inquiétude permanente des intellectuels et des gouvernements successifs. L’éducation physique à l’école, ainsi que le sport, doivent permettre cette régénération de la race. Les initiatives sont souvent teintées de patriotisme, voire de militarisme dans le cas des bataillons scolaires des années 1880.  Pierre de Coubertin, ayant fréquenté les public schools anglaises, veut former un homme nouveau, sportif et intellectuel. Le sport reste néanmoins aux marges de l’école, qui privilégie la gymnastique.

La réalité de la guerre permet alors aux observateurs de l’époque de comparer les nations, les “races” en présence, et de juger de leur préparation. Si l’Allemand est donc fort et viril, il est aussi paré à la guerre par son athlétisation, le lancer de javelot étant présenté comme un entrainement au lancer de grenade. Mais le soldat-athlète par excellence reste le britannique. L’Angleterre reste pour beaucoup le pays qui a inventé le sport moderne, comme l’atteste le cas du football, déjà largement exporté sur le continent et professionnalisé. L’importance donnée au sport dans les écoles depuis longtemps, dont Coubertin a été témoin, explique l’imprégnation des valeurs sportives chez les soldats anglais : goût de l’effort, solidarité, mais aussi fair-play, y compris sur le champ de bataille. Les soldats britanniques sont d’ailleurs arrivés en France avec des ballons de football dans leur équipement. Jeu favori de la classe ouvrière, l’état-major en fait une arme contre la démoralisation des soldats, et de nombreux observateurs voient dans la pratique continue du football au front l’explication de l’absence de mutinerie dans l’armée anglaise.

Mais pour Tommy, le soldat britannique typique, le football est bien plus qu’un passe-temps. Il est imprégné de l’esprit sportif, et le geste de shooter dans un ballon avant un assaut trouverait son origine avec le 18e London Regiment, en 1915 à Loos, qui fait de ce geste sa coutume, avant qu’il ne soit popularisé dans l’armée britannique comme “acte conventionnel de bravoure”. L’acte de Nevill n’en reste pas moins “héroïque”, au moins du point de vue français, car il agit comme inspirateur pour ses hommes, qui vont ramener le ballon malgré la mort du capitaine, tombé pour son régiment, sa nation et les valeurs sportives.

Le sport, et le football en particulier, est ainsi un moyen d’exprimer la puissance et le courage d’une nation, d’une race. Pourtant, au front, il est aussi vu comme un moment de délassement et de fraternisation. Cet aspect ne doit pas être négligé, tant il permet d’humaniser le quotidien. Valéry Capot, du 9e régiment d’infanterie d’Agen, note ces moments avec plaisir, comme le match contre “les Anglais” qui permet une véritable fraternisation avec l’armée alliée. Une fraternisation qui peut aller encore plus loin, illustrée par la scène du film Joyeux Noël, où Français, Anglais et Allemands jouent ensemble au football. Simple fiction ? Sans doute pas, car au-delà des cas de fraternisation avérés lors du Noël 1914, on peut citer Louis Barthas, caporal français, qui note que le terrain de football aménagé près de la tranchée en 1915 n’est jamais bombardé par les Allemands. Respect du moment de délassement de l’adversaire (quand la Seconde Guerre mondiale jouera beaucoup sur la démoralisation) qui témoigne, sans doute, de la place des valeurs sportives dans la guerre.


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.