Melbourne, Munich : la violence s’invite aux Jeux [1/2]

Drapeau olympique
Source : CC Denelson83, Wikimédia

“Les Jeux Olympiques ont prouvé, une fois encore, qu’ils étaient un instrument de paix et de bonheur pour le monde. Qu’il en soit toujours ainsi” espère Sigfrid Edström, président du CIO, au moment de clôturer les Jeux d’Helsinki en 1952. Malgré la guerre de Corée, cette édition marquait le retour des vaincus allemands et japonais sur la scène sportive, et l’arrivée de l’URSS dans le monde olympique. Les Jeux semblent alors ignorer la guerre froide. Illusion qui volera en éclat quatre ans plus tard…

Différents en terme de nature, de circonstances et de portée, le bain de sang de Melbourne et l’attentat de Munich restent des moments où la situation internationale s’est rappelée de manière brutale au pacifisme olympique. La violence se réinvitera plus tard aux Jeux, notamment avec l’attentat du Parc olympique d’Atlanta, en 1996, puis avec le renforcement, parfois extrême et souvent controversé, de la sécurité depuis 2001. Mais les évènements de 1956 et de 1972 ont ceci de particulier qu’ils utilisent le contexte des Jeux pour régler un conflit international latent.

1956 – Melbourne : Des Jeux si politisés

Source : CC Wikimédia

Melbourne est désignée pour accueillir les Jeux le 23 avril 1949, alors que le blocus de Berlin est encore une plaie ouverte dans les relations Est-Ouest. Sans peser sur la désignation (l’URSS n’est pas encore membre du CIO), l’ombre de la guerre froide pèsera tout au long des Jeux. Le contraste est saisissant avec les Jeux d’Helsinki, quatre ans plus tôt, moment de paix et d’union dans une année de guerre, acclamés pour la qualité de leur organisation. Ceux de Melbourne sont largement critiqués. Question organisation, une obscure loi de santé publique rend impossible la tenue des épreuves d’équitation sur le sol australien. Au mépris de la charte olympique, le CIO décide que ces épreuves se tiendront à Stockholm, mais ce couac marque les cavaliers. Les autres athlètes mettent en cause les trois jours de voyage depuis l’Europe. Alors que le CIO demeure inflexible sur la question de l’amateurisme, cette donnée place les patrons en position de force. Plusieurs refusent de laisser partir leurs employés si longtemps.

Cette année 1956 est aussi marquée par de fortes tensions internationales. Le canal de Suez, nationalisé depuis le 26 juillet par l’Egypte, est envahi le 29 octobre par Israël, soutenu par la France et la Grande-Bretagne. Malgré le soutien de l’URSS, l’Egypte concède un cessez-le-feu le 7 novembre. Il faudra néanmoins la pression des Etats-Unis, de l’Union soviétique et de l’ONU pour que les signataires du protocole de Sèvres quittent le territoire égyptien. Dans le même temps, les chars soviétiques écrasaient l’insurrection de Budapest par deux fois : d’abord entre la nuit du 24 octobre et le 28 octobre, à la demande du gouvernement qui finit par chuter, puis à partir du 4 novembre, pilotés cette fois depuis Moscou et à l’encontre du gouvernement provisoire hongrois. Le 10 novembre, alors que la résistance hongroise rendait les armes, 2500 Hongrois étaient morts. Aujourd’hui, plusieurs bâtiments de Budapest portent encore les impacts de balles soviétiques, en guise de mémoire.

Char soviétique dans les rues de Budapest. 30 octobre 1956. Photo : Frigyes Tomacsko.
© Ullstein Bild / Roger-Viollet

Ces évènements font encore l’actualité lorsqu’ouvrent, le 22 novembre, les Jeux de Melbourne. Des Jeux qui se déroulent sans l’Espagne, les Pays-Bas, la Suisse (qui s’opposent à l’intervention soviétique en Hongrie), le Liban, L’Irak et bien sûr l’Egypte (en réaction à la crise du canal de Suez, alors que les Jeux sont ouverts par le Duc d’Edimbourg). Pour les Soviétiques en revanche, ils constituent une vitrine de respectabilité et une occasion de démonstration de force. Quant à la délégation hongroise, elle donna le ton à son arrivée dans le village olympique en déchirant le drapeau de la Hongrie communiste pour le remplacer par celui de la Hongrie libre. L’équipe de water-polo, réfugiée en Yougoslavie depuis le 2 novembre en raison des menaces de l’URSS d’empêcher leur départ aux Jeux, n’apprend qu’à ce moment la seconde intervention soviétique. Certains joueurs comme Hevesi, dont les grands-parents sont morts d’avoir travaillé dans les champs pour l’occupant, ou Zador, inquiet du sort de ses parents, sont furieux.

Un match à la place d’une guerre

Au moment où démarre le tournoi, la Hongrie, qui n’a plus mis le pied dans l’eau depuis un mois, doit donc défendre sa réputation et sa liberté. La pression pèse sur l’équipe de water-polo, déjà championne olympique en 1936 et 1952, et championne d’Europe en titre. Elle veut laver l’affront de l’intervention soviétique à Budapest mais aussi celle de la défaite contre l’URSS, à la surprise générale, à l’été 1956. Innovant avec sa défense en zone, elle ne laisse aucune chance aux Etats-Unis, à l’Allemagne et à l’Italie en phase de groupe. Le 6 décembre, Gyarmati, Zador et leurs camarades s’apprêtent à retrouver l’équipe soviétique qui s’entraine chez eux depuis 2 ans.

Trop de pression dans ce match…
Source : www.france-waterpolo.fr

A armes égales, les Hongrois ont les moyens de venger leur peuple. L’enjeu du match saisit la piscine olympique, dont les gradins sont combles. Le public gronde, crie son soutien à la Hongrie. Le match débute à 15h25, dans une tension dramatique amplifiée par l’engagement physique habituel des premières minutes. Une altercation entre les deux capitaines, Gyarmati et Mschvenieradze, offre un penalty aux Hongrois. Il est arrêté mais l’arbitre le fait retirer. Sur un coup de vice, Gyarmati surprend le gardien et marque. La tension monte encore quand Zador marque au début du deuxième quart-temps alors que les soviétiques le jugent hors-jeu.

C’est là que le sport laisse la place à l’histoire. Lors d’une action anodine, presque à l’arrêt, Gyarmati frappe volontairement Mschvenieradze au visage. Un demi-siècle plus tard, son coéquipier Nick Martin juge toujours qu’il “a fait ce que le plus grand joueur de water-polo du monde aurait fait pour gagner”. Une bagarre générale se déclenche aussitôt, et le match tourne à l’affrontement entre deux défenses brutales. L’URSS se lance à l’attaque, mais, contrariée par la défense en zone hongroise, encaisse deux autres buts par Zador et Markovits. L’évènement qui va vraiment déclencher le “bain de sang” est en fait un coup tactique. Bolvari, côté hongrois, et Prokopov, côté russe, ont été sur le dos l’un de l’autre tout au long de la partie. Mais Bolvari sort au cours du dernier quart-temps. Il confie alors le marquage de Prokopov a Zador, et l’averti : son adversaire est athlétique et très bon nageur. Zador le prend avec décontraction et passe son temps à chambrer son vis-à-vis. Finalement, distrait par un coup de sifflet de l’arbitre, il ne voit pas Prokopov s’élever hors de l’eau. Comme au ralenti, Zador se retourne au moment où le nageur russe lui assène un violent coup de poing. L’arcade ouverte, Zador emmène son adversaire sous l’eau. La confusion règne dans la piscine. Tous les nageurs s’empoignent. Le public est survolté, injurie les soviétiques. Certains sautent les barrières, débordant le service de sécurité, alors que la balle flotte, abandonnée dans la piscine. L’arbitre décide de siffler la fin du match alors qu’il reste deux minutes à disputer, et les joueurs russes sont escortés par la police hors des lieux.

Zador, l’arcade ouverte.
Source : fötér.ro

La Hongrie est déclarée vainqueure par 4 buts à 0. L’image de Zador, le visage tuméfié et ensanglanté, fait la Une des journaux qui présentent les soviétiques comme des barbares. L’essentiel est là : la Hongrie s’est vengée. La finale contre la Yougoslavie, l’autre mastodonte du water-polo, en devient presque secondaire. Markovits “ne se souvient plus qui jouait à la place de Zador”, forfait en raison de sa blessure. Les Hongrois finissent même le match à six, laissant l’opportunité à la Yougoslavie de réduire le score dans le dernier quart-temps. La Hongrie est tout de même championne olympique, et les russes, sur le podium, doivent entendre résonner l’hymne hongrois. Zador et ses camarades peinent à masquer leurs émotions. Vient ensuite une décision difficile : rentrer au pays ou non ? La répression y est toujours d’actualité : au moment même du match contre l’URSS, les chars soviétiques ont de nouveau tiré sur la foule, faisant 2 morts. Les arrestations continueront plusieurs mois. Zador, malgré le conseil de Martin, préfère arrêter le water-polo et devenir coach de natation en Californie. Plusieurs athlètes hongrois lui emboiteront le pas. Gyarmati et Markovits feront le choix inverse et joueront ensemble aux JO de 1960. Dans la presse, les Jeux de Melbourne se terminent sur une autre image, bien plus romantique. La Tchécoslovaque Olga Fikotova, championne olympique du lancer de disque, et l’Américain Harold Connoly, titré au marteau, échangent leurs médailles et débutent une idylle, avant de partir se marier à Prague. Une union entre l’Est et l’Ouest qui fera la Une des tabloïds, en conclusion porteuse d’espoir d’une année de tensions.

Crédits Image à la Une : CC Chris Hunkeler, Flickr


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.