Melbourne, Munich : la violence s’invite aux Jeux [2/2]

Timbre édité à l’occasion des Jeux de 1972
Source : CC 2211438, Pixabay

« Les Jeux Olympiques ont prouvé, une fois encore, qu’ils étaient un instrument de paix et de bonheur pour le monde. Qu’il en soit toujours ainsi » espère Sigfrid Edström, président du CIO, au moment de clôturer les Jeux d’Helsinki en 1952. Malgré la guerre de Corée, cette édition marquait le retour des vaincus allemands et japonais sur la scène sportive, et l’arrivée de l’URSS dans le monde olympique. Les Jeux semblent alors ignorer la guerre froide. Illusion qui volera en éclat quatre ans plus tard…

Différents en terme de nature, de circonstances et de portée, le bain de sang de Melbourne et l’attentat de Munich restent des moments où la situation internationale s’est rappelée de manière brutale au pacifisme olympique. La violence se réinvitera plus tard aux Jeux, notamment avec l’attentat du Parc olympique d’Atlanta, en 1996, puis avec le renforcement, parfois extrême et souvent controversé, de la sécurité depuis 2001. Mais les évènements de 1956 et de 1972 ont ceci de particulier qu’ils utilisent le contexte des Jeux pour régler un conflit international latent.

1972 – Munich : Les Jeux en deuil

Emblème de la délégation française à Munich
Source : CC FCSF, Wikimedia Commons

36 ans après les infâmes Jeux “défigurés” par le régime nazi, l’Allemagne est de nouveau au centre du monde olympique. La RDA souhaite montrer à la communauté internationale que la page du nazisme est définitivement tournée, et que la nation germanique est devenue une république respectable. Une cérémonie se déroule d’ailleurs à Dachau la veille de l’ouverture officielle des Jeux : organisée par les églises et la communauté juive, tout a été fait pour faciliter la présence d’athlètes et de journalistes du monde entier, donnant l’image idéale de l’olympisme d’unité et de fraternité. En coulisses, l’ouverture des Jeux s’annonce beaucoup plus agitée : pas moins de trente-cinq pays africains menacent de boycotter l’évènement si l’exclusion de la Rhodésie, aux liens bien connus avec le régime d’apartheid d’Afrique du Sud et dont les athlètes se trouvent déjà en Allemagne, n’est pas confirmée. Depuis plusieurs mois, Avery Brundage, le président du CIO, laisse traîner l’affaire. L’anti-professionnalisme opiniâtre de l’Américain fut déjà, lors d’olympiades précédentes, à l’origine de nombreuses critiques et polémiques. Sa gestion catastrophique des Jeux de Munich précipitera sa démission.

Le début des Jeux semble pourtant parfait. Dans le même esprit que celle de Dachau, la veille, la cérémonie d’ouverture lance une message de paix et de fraternité quand le dernier relayeur de la flamme olympique se voit accompagné de quatre athlètes des autres continents vêtus de blanc. “Que c’est beau un athlète sans insigne, sans hymne et sans drapeau !” s’exclame Jean Lacouture dans le Monde. Munich tient ses promesses. Les infrastructures sont de qualité, le public est au rendez-vous, et en cette première semaine largement dédiée à la natation, tous les yeux sont tournés vers le nageur américain Mark Spitz.

Steve Genter et Mark Spitz
Source : CC Wikimedia Commons, auteur inconnu

Ambitieux, le Californien voulait battre le record de six médailles d’or, détenu par Don Schollander, à Mexico. Critiqué pour sa vanité après son échec, Spitz s’est entrainé à l’écart des médias et son retour suscite une grande attente. Dès les séries du 200m papillon, il bat le record olympique. Dès lors, les journalistes vont se passionner pour le parcours de Spitz, la moustache la plus célèbre de la natation, enfin à la hauteur de son ambition : sept courses, sept titres, sept records du monde battus (100m et 200m nage libre, 100m et 200m papillon, relais 4x100m et 4x200m nage libre, relais 4x100m 4 nages) ! Une performance que seul Michael Phelps (8 titres et 7 records du monde à Pékin) parviendra à battre. Le temps heureux des Jeux de Munich se termine donc sur l’image de Spitz, au soir de son septième titre, agitant une paire de chaussures, euphorique.

Un 5 septembre bien sombre

Très tôt le 5 septembre, un commando de huit terroristes palestiniens de l’organisation Septembre Noir pénètrent dans l’immeuble de la délégation israélienne, au sein du village olympique. Créé à la suite des conflits sanglants entre la Jordanie et l’Organisation de libération de la Palestine en septembre 1970, le groupe terroriste se réclame du nationalisme palestinien. Avec, forcément, Israël dans son viseur. Alerté par le bruit que font les terroristes dans le hall, Yossef Gutfreund tente de faire barrage et alerte ses compagnons. Il est blessé par balles, mais permet à l’entraineur Tuvia Sokolvsky de s’enfuir. Le commando lutte ensuite avec Moshe Weinberg pour prendre le contrôle sur l’équipe d’haltérophilie. Weinberg et Yossef Romano sont tués, tandis que Gad Tsobari parvient à fuir et prévient les autorités. Quand la police encercle le bâtiment, neuf israéliens sont retenus en otage. C’est le début d’une gestion catastrophique des évènements et d’une des pires journées de l’histoire de l’olympisme.

Immeuble de la prise d’otage
Source : CC ProhibitOnions, Wikimedia Commons

Une attention particulière avait pourtant été portée à la sécurité sur ces Jeux, les identités des spectateurs comme des journalistes étant vérifiées plusieurs fois par jour. Mais la police allemande n’a pas été préparée à ce genre d’éventualité. Le quartier est bouclé tardivement, sans que les activités olympiques ne s’arrêtent. Toute la matinée, les journalistes dépêchés sur place croisent des touristes ignorants de la situation. A 8h15, plus de trois heures après le début de la prise d’otage, une compétition hippique se déroule normalement. Dans le même temps, la police demande à des athlètes arabes de servir comme traducteurs pour les négociations. Septembre Noir demande la libération de 236 prisonniers palestiniens en Israël, ce à quoi le premier ministre, Golda Meir, s’oppose catégoriquement. La police allemande propose de fortes sommes d’argent et d’échanger les otages contre des haut-gradés. Refus des terroristes, qui repoussent néanmoins leur ultimatum et finissent par réclamer un avion pour partir au Caire avec les otages.

L’histoire d’un fiasco

Affiche du film “Munich”, qui raconte l’opération Colère de Dieu
Source : Allociné

C’est l’opportunité qu’attendait la police allemande. Il est 23h quand elle laisse les terroristes prendre deux hélicoptères jusqu’à une base militaire de l’OTAN où attend un Boeing. Genscher (ministre de l’Intérieur) et Tröger (maire du village olympique), reconvertis en négociateurs, avaient estimé les assaillants au nombre de quatre ou cinq. Ce sont en fait huit palestiniens armés qui sortent avec leurs otages, démentant les informations de la police. A cette nouvelle, l’équipe d’intervention positionnée dans le Boeing vote l’abandon de la mission, sans en informer le commandement supérieur. Ne reste alors plus sur la tarmac que cinq tireurs d’élite mal équipés, gênés par un éclairage de piètre qualité. Insuffisant pour neutraliser les terroristes qui se mettent à abattre les athlètes israéliens en découvrant l’avion vide. Une fusillade s’engage, tandis que les renforts allemands, blindés compris, tardent à arriver. Au total, cinq terroristes et un policier allemand, en plus des neufs otages, sont tués. Les trois derniers membres du commando palestinien sont arrêtés. En réaction, Israël lance l’opération “Colère de Dieu” visant à arrêter toute personne liée à Septembre Noir.

Au-delà du lourd bilan humain, la gestion de l’opération par l’ensemble des autorités est un véritable fiasco. La police allemande, et toute la chaîne de commandement, auront fait preuve d’une grave incompétence : pas de traducteurs, pas de négociateurs formés, incapacité à rassembler des informations correctes, plan mal élaboré et “voué à l’échec dès le départ” si l’on tient compte du mauvais choix de l’aérodrome (mal éclairé), de l’absence de blindés et de renforts, désobéissance, insuffisance du matériel (pas de fusils de précision, de gilets pare-balles ni même d’équipement de vision nocturne alors que la fusillade a éclaté après 23h) et de la formation des tireurs d’élite. Le massacre final n’en semble que plus inéluctable, et la presse internationale ne sera pas tendre avec la police. Le comité d’organisation n’est pas en reste. En plus d’avoir laissé se dérouler les compétitions une partie de la journée, Avery Brundage refuse de suspendre les Jeux. Tout juste organise-t-il le lendemain une cérémonie dans le stade olympique. Son discours, ode à la force du mouvement olympique, ne mentionne même pas les victimes. Et si le drapeau au cinq anneaux est mis en berne, le reste du cérémonial (podiums, hymnes, etc.) demeure inchangé. Au cœur d’une “fête gâchée”, où les compétitions se déroulent dans une atmosphère de deuil, il faudra toute la fantaisie d’Olga Korbut, une adolescente russe qui va révolutionner une gymnastique très conservatrice, pour ramener de la joie dans le concours. Un mois plus tard, Brundage quitte la présidence du CIO. Personne ne le regrettera.

Source : upjf.org

Le bain de sang de Melbourne et le massacre de Munich sont incomparables par leur nature. D’un côté, une bagarre en pleine compétition, des sentiments nationaux exacerbés par une révolution contrariée et l’adrénaline du sport. De l’autre, un acte terroriste se soldant par la mort de onze israéliens et un policier allemand. Mais ils prouvent que l’idéal de paix des Jeux Olympiques est une fiction durant la guerre froide. Loin d’être une parenthèse, un moment hors du monde, les Jeux sont en réalité le théâtre d’enjeux internationaux, de guerres idéologiques et sportives.

Crédits Image à la Une : pinsdaddy.com


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Patrique Boucheron dit :

    Manque des renvois aux sources et à la bibliographie.

    • Xavier Regnier dit :

      Très cher lecteur facétieux, merci pour ton commentaire qui est le premier du blog ! *succès débloqué*
      Pour te répondre sur la forme, il me semble nécessaire de rappeler qu’un billet de blog n’est pas un article scientifique. D’ailleurs, tous les carnets que je suis n’utilisent pas de tels renvois, encore moins de notes de bas de page. Les enseignants, spécialisés en histoire numérique, avec qui j’ai discuté de la création de ce blog m’ont également indiqué que ce n’était pas nécessaire.
      Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce que le billet de blog ne s’adresse pas à des spécialistes et doit garder une forme épurée et agréable à lire pour tous. Dans la vie de tous les jours, je fais face au scepticisme de certains quand je parle d’histoire du sport. Ce n’est pas méchant de leur part, simplement c’est la première fois qu’ils prennent conscience qu’un tel mouvement existe et que le sport est un objet d’étude sérieux. Cette première surprise passée, la plupart sont assez curieux et me laissent faire un petit speech. Mais je reste dans le superficiel, et surtout le concret : parler des noms de spécialistes et ou des grandes thèses que je n’ai moi-même pas lu les ferait fuir à tous les coups. Il en va de même pour le blog, qui est un espace de découverte de l’histoire du sport pour un certain nombre de personne. Je souhaite que cette découverte se fasse de la manière la plus agréable possible, sans que les gens soient assaillis de références. Je note tout de même ta demande ; un billet consacré à une bibliographie indicative et très personnelle pourrait bien voir le jour et être épinglée en accueil du blog.
      Sur le fond maintenant, pour ce billet, je me suis principalement appuyé sur Wikipédia, les articles du Monde de 1972 et le livre de Guy Benamou “L’aventure des Jeux olympiques” qui revient sur chaque édition des Jeux, d’Athènes 1896 à Pékin 2008 (je crois). Voilà, rien de bien fou, ce qui rend aussi à mon avis peu pertinent de toujours renvoyer aux sources ou à la biblio.
      Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.