Conquérir le terrain, “comme des garçons”

Source : mademoiZelle.com

Sorti en France le 25 avril 2018, le film Comme des garçons s’affiche comme une petite comédie française classique, sans prétention, qui emploie les ficelles connues de tous : romance, humour, etc. Pourtant, il se distingue par son sujet. Plutôt que d’offrir un récit très actuel, il nous plonge dans la fin des années 1960, et se focalise sur les premières femmes footballeuses. Dès lors qu’on glisse vers la comédie historique, on peut légitimement craindre pour la véracité des faits, surtout que le réalisateur s’affranchit de tout panneau type “inspiré d’une histoire vraie”.

Pourtant, une série de détails montrent bien le soucis de retranscrire une certaine réalité, pour aller au-delà de la prétendue absurdité du sujet, et la dimension historique du film prend forme à la fin, avec plusieurs panneaux de texte et des images d’archives placées avant le générique. Les personnages qui se moquent du football féminin sont bel et bien ridiculisés, mais Comme des garçons va au-delà des bons sentiments en s’inscrivant comme transmetteur d’une histoire ouvertement féministe.

La réalité du terrain

S’intéresser au film comme objet historique, comme mémoire transmise ou comme témoignage, nécessite une remise en contexte qui passe par un fact-cheking minutieux et quelques évidences plates. D’abord, les françaises ne découvrent pas le football en 1968. Le football féminin était certes rare mais bien accepté dans les années 1920, couvert par la presse lors de matchs internationaux qui attirent une foule relative. Ainsi, lors de tournée en France de l’équipe d’Angleterre, les Dick Kerr Ladies, environ 10 000 curieux garnissent les tribunes à Paris ou au Havre. Ces rencontres ont le même enjeu diplomatique que les matchs masculins, et les footballeuses adoptent vite une tenue officielle aux couleurs de leur pays. Les institutions s’emparent du phénomène : pour éviter que le football féminin ne soit entièrement contrôlé par la FSFSF d’Alice Milliat, féministe trop radicale aux yeux des dirigeants masculins, une fédération concurrente est créée. Des championnats et des coupes voient même le jour. Le football féminin français semble alors plus solide que son homologue anglais, qui n’est pourvu d’aucun championnat et reflue sous le motif du “retour à la normale”. Les femmes avaient pu jouer au football grâce à la Première Guerre mondiale, il était temps de refermer la page de cette guerre, et donc pour les femmes d’abandonner le football. L’influence anglaise en matière de ballon rond aura raison des coupes de l’Encouragement et autres En Avant. Sans se voir interdire comme en Angleterre, le football féminin est de plus en plus critiqué et fini par tomber dans l’oubli ou la clandestinité dès 1924.

Les Dick Kerr Ladies en 1921

Les footballeuses des années 1960 ne découvrent toutefois pas le cuir subitement, à l’occasion d’une kermesse, comme le suggère le film. La plupart des pionnières ont en réalité passé leur enfance à taper dans la balle avec leurs camarades de classe, en particulier dans le milieu sportif. C’est ainsi le cas des sœurs Goitschel, filles d’un joueur de l’Olympique de Marseille. Dans le film, Emmanuelle est la fille d’un ancien international italien, Nicole allait au stade avec son père étant petite et Annie joue avec ses frères. Au milieu des années 1950, à Manchester et aux Pays-bas, quelques équipes se forment. Isolées et non-reconnues par les fédérations, elles doivent cependant se contenter de matchs de charité, comme pendant la Grande Guerre. En Allemagne, au lendemain du titre de la Mannschaft en Coupe du Monde, le phénomène s’ancre plus solidement dans les villes de la Ruhr. En Italie, une fédération voit le jour, censée soutenir un projet politique monarchiste. La pratique du foot féminin se retrouve dans toute l’Europe, mais de manière marginale. Les équipes ou championnats créés ne durent pas plus de deux ans, et sont à la merci du club masculin organisateur de l’expérience. Le développement du football féminin se heurte par ailleurs au refus de l’ensemble des fédérations. En 1952, la FIFA continue d’en condamner la pratique pour raisons médicales. Comme le résume Julien Hallard, réalisateur et scénariste de Comme des garçons, “Ce n’était même pas interdit, ça ne se faisait pas, c’est tout.”

Références discrètes

L’histoire du football féminin avant la kermesse rémoise est donc beaucoup plus dense qu’il n’y parait, trop pour trouver sa place dans le film. Mais avec un certain savoir-faire en matière d’écriture, Julien Hallard réussit à insérer son récit dans une histoire du sport féminin conforme à la réalité. Plusieurs références, pouvant passer pour des éléments de scripts ou de dialogue anodins, servent ainsi cette intention. C’est le cas quand Coutard, à la recherche d’un sponsor, doit préciser qu’il ne s’agit “pas du basket-ball” mais bien de football. En effet, le basket est à ce moment le premier sport féminin (46 000 licenciées en 1970), défendu par les médecins qui y voient pour les femmes un moyen de se développer physiquement sans heurts, puisque les contacts ne sont pas autorisés. On le juge aussi plus gracieux, le geste aérien requis pour envoyer le ballon dans le panier étant interprété comme un mouvement vers Dieu. Le handball est aussi très pratiqué, et fournira un important contingent au football. D’une manière générale, le sport féminin est répandu et encouragé par les hygiénistes : l’une des joueuses, Jeanne, vient d’ailleurs d’un club d’athlétisme féminin. A l’inverse, le film montre une publicité où un médecin décourage la pratique du football pour les femmes, car il causerait des dommages à “leur appareil reproducteur”.

Le film se pare d’autres références pour s’ancrer dans l’histoire du foot féminin. Géographiquement d’abord, avec le journal Le Champenois, la ville de Reims et le stade Auguste-Delaune. Pas un hasard, puisque parmi les grands débuts du football féminin en France, on compte bien une kermesse organisée par le journal rémois L’Union et le journaliste Pierre Geoffroy. L’idée d’organiser un match de foot féminin est là aussi une farce, un moyen d’attirer les gens (comme cela s’est fait dans d’autres villes). Temporellement ensuite, avec une date, le 14 juin 1969, marquant la descente du Stade de Reims en deuxième division “pour la première fois de son histoire” après un match contre Saint-Etienne, l’autre grand nom du foot français de l’époque. En réalité, la kermesse organisée par Geoffroy se déroule en 1968, et le Stade de Reims se trouve à cette époque déjà en deuxième division, après un premier passage de 1964 à 1966. Culturellement enfin, avec des références aux Beatles, à Johnny Hallyday, à la finale de coupe européenne perdue par Reims contre le Real Madrid de Di Stefano 4 buts à 3 (en 1955, lors de la première édition de la Coupe des clubs champions européens, l’actuelle Ligue des Champions – le score est exact) et avec l’emploi d’un certain langage (“c’est bath”, “has-been”).

“Une farce qui a manqué son début”

Le personnage de Paul Coutard illustre cet encrage culturel, puisque c’est lui qui déclenche toutes les références citées ci-dessus. Ce n’est pas un hasard. Avec la volonté des femmes de jouer au foot, c’est un conflit sexuel mais aussi générationnel qui se joue, et qui trouve pleinement sa place dans les années 1968. Paul Coutard est jeune, rêve d’Amérique, écoute du rock, et affronte tout au long du film Le Roux, président du Stade de Reims, intransigeant, figure d’autorité crainte même par la police, mais aussi “ringard” et perverti par le système : lui qui dérangeait la Ligue dans les temps du grand Reims fait désormais partie des censeurs. Pour Coutard comme pour Pierre Geoffroy, la blague n’a pas duré, et les filles qui se sont présentées ne venaient pas faire le spectacle mais “jouer un vrai match de football”. Le match prévu pour la kermesse disparaît vite derrière un enjeu bien réel et plus important : obtenir des licences, car le foot féminin est “le monde de demain”. La fracture générationnelle se retrouve dans ce combat, puisque les hommes qui dirigent la Ligue de football sont tous de la génération de Le Roux.

Image tirée du film, Wikimédia Commons

Le mouvement de 1968, comme la conquête du foot féminin, n’est pas qu’un conflit générationnel : il est aussi sexuel. Ces deux dimensions sont par ailleurs réunies (et inversées dans le rapport de force) à l’occasion d’un élément très filmique qu’est le match fondateur, dans tous les sens du terme, qui se joue entre les filles de Coutard et les cadets du Stade. Le double conflit s’y joue d’abord dans le langage, puis sur le terrain, dans le but d’asseoir une domination. D’abord dépassées, les femmes, dont c’est le premier entrainement en commun, ont une réaction d’orgueil, en particulier avec la rentrée sur le terrain d’Emmanuelle, autrice d’un éclair de génie, héroïne d’un match rendu mythique par sa dramaturgie et son scénario. La victoire finale a donc toutes les vertus du dépassement de soi, de la solidarité qui se noue, en plus de consacrer une cause juste et d’être un acte de défiance envers Le Roux. L’initiative de faire jouer des femmes attire vite l’attention des médias : d’abord curiosité, l’engouement nait rapidement chez les femmes qui viennent demander des autographes, en même temps que naissent la colère et le mépris. Ainsi, le MLF se déclare hostile au football féminin dans le film. En réalité, les deux mouvements s’ignorent largement : le MLF ne considère pas le sport comme espace à conquérir, et les pionnières du football ne sont pas motivées par un désir d’émancipation, mais plutôt par un amour du jeu, souvent transmis par un homme de la famille.

“69, année érotique”

Le film raconte ainsi une histoire ouvertement féministe, symbolisée par l’évolution du personnage d’Alain Lambert, ami de Coutard. Premier à qualifier son confrère de “fou” quand le projet se noue, il accepte un rôle d’adjoint et devient partie prenant de la défense du football féminin, en poussant Coutard à ne pas renoncer. La question des autorisations maritales, soulevée à plusieurs reprises, marque une claire indignation contre un système qui prive la femme de sa liberté de pratiquer un sport. La scène où le mari de Francine mange seul face à Coutard, son épouse reléguée dans son ombre, pour négocier l’autorisation, indique clairement au spectateur le caractère autoritaire et conservateur de la mesure. Francine apparaît comme une femme soumise, alors que son époux reste froid et refuse que sa femme soit vue en short par d’autres hommes. A l’inverse, le mari de Raymonde est son “premier supporter”, et sa bonhommie le rend très sympathique aux yeux du public. L’ambition féministe du film est encore plus affirmée lorsqu’Emmanuelle surgit dans le bureau de la Ligue, après leur refus d’accorder des licences féminines : elle s’interroge à voix haute sur les raisons que des hommes qui restent derrière des bureaux décident pour les femmes qu’elles ne joueront pas au foot.

Jeanne défile avec un maillot. Image tirée du film, Wikimédia Commons

Si le combat, certes féministe, pour l’obtention des licences féminines pour “changer les mentalités” se noue autour de la romance entre Coutard et Emmanuelle, le film va plus loin avec une réelle affirmation sexuelle de ses personnages. Au début, Coutard est un séducteur, et il a d’ailleurs vite une aventure avec Jeanne, l’une des joueuses. Elle-même est caractérisée de manière particulièrement érotique, dans une scène riche en sous-entendus. C’est elle qui fait le premier pas vers Coutard (ce qui ne manque pas de le déstabiliser, le film opérant encore un renversement des stéréotypes sexués), et elle laisse deviner une sexualité très libérée, indiquant sortir avec plusieurs garçons et “s’amuser” avec les filles de son club d’athlétisme. Là encore, l’esprit de 1968 plane au-dessus du scénario et de ses personnages, à commencer par Corinne qui ne veut pas de mari et jure de combattre la “phallocratie”. Plus pudiquement, Nicole est caractérisée comme lesbienne qui ne s’assume pas : elle est gênée à l’évocation de l’autorisation maritale, porte les cheveux courts, et les autres filles lui font comprendre qu’elles ont deviné son orientation sexuelle au détour d’une conversation sur Coutard.

Tout en s’aménageant suffisamment de libertés pour ne pas être un simple documentaire sur les filles de Reims, Comme des garçons s’affirme comme un film qui dépasse largement son statut de comédie. Fermement ancré dans les années 1968, il défend et raconte une histoire féministe, affirmant le droit des femmes à jouer au foot, soutenant les combats de la jeune génération contre l’ancienne, et prônant une certaine tolérance sexuelle. L’enjeu pour le foot en général n’est pas réellement abordé (la Première Division perd alors la moitié de ses spectateurs dans les stades en 20 ans, c’est pourquoi les filles de Reims jouent en ouverture d’un match de championnat à la fin du film comme dans la réalité), mais l’histoire du foot féminin est respectée, notamment par la présence de panneaux avant le générique : le football féminin est officiellement reconnu par la FFF le 29 mars 1970.

Pour aller plus loin :
-Laurence PRUDHOMME-PONCET, Histoire du football féminin au XXe siècle
-Mickaël CORREIA, Une histoire populaire du football
-Xavier BREUIL, Histoire du football féminin en Europe

Crédits Image à la Une : Image tirée du film, Mars Films


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.