La conscience écologique du chercheur

A quel moment notre confort doit-il s’incliner devant nos valeurs, abdiquer face à nos besoins ? Bien souvent, la question de la responsabilité de nos actions sur l’environnement semble trop large pour que l’individu trouve sa place dans la réponse. On sait tous qu’il faut agir pour la planète, mais trop souvent le responsable désigné de l’état de notre environnement est l’Homme dans sa globalité, ou bien  notre société. Inutile voire impossible, se dit-on, de changer ses comportements à titre personnel.

Crédits : CC http://disabilitythinking.blogspot.com/

Pourtant, quelques fois, on est confronté à la réalité des conséquences écologiques de notre mode de vie et de notre consommation personnelle. Ce fut récemment mon cas. Une partie des sources de mon sujet de Master se trouvent en ligne : il s’agit, entre autres, d’articles du Monde sur Europresse. Comme je les lis sur mon lieu de travail, je ne fais que de la prise de note mentale. Dans mon cerveau bouillonnant d’enfant surdoué devenu grand, cela revient à penser en permanence “oh ça me fait penser à…”, “faut que je fasse une petite recherche sur ce point” ou “tiens, je peux le mettre en relation avec telle autre phrase d’une autre source”. Sans support visuel, mon cerveau colorie les groupes de mots, fais des flèches, annote, souligne deux fois.

Mais ce cerveau n’est pas parfait, et une fois l’onglet refermé, le texte disparait bien vite de mon esprit, chassé par d’autres pensées. Ne reste que le schéma que j’ai tracé de manière invisible : je sais que j’ai souligné ce nom pour trouver sa biographie, mais le nom est oublié ; je sais que j’ai colorié en vert ces deux phrases car elles ont un rapport avec le discours sur l’ambiance des Jeux de Mexico, mais leur discours propre s’est dissout. La persistance à moyen terme de ce schéma facilite la réactivation de ma pensée si je rouvre l’article ; elle m’est en revanche inutile pour avancer ma recherche sans l’article en question sous les yeux.

Le rapport entre mon cerveau et l’écologie, me direz-vous ? J’y viens. Me voilà donc avec mon schéma mental et mon article en ligne. D’une manière ou d’une autre, je dois fixer l’un sur l’autre, pour ne pas recommencer la gymnastique du début chaque jour. Je ne vois alors que trois solutions :

Crédits : Lisa Fotios, CC Pixnio
  • Soit je transpose mon schéma sur mon cahier de brouillon, en m’assurant par le jeu des titres de retrouver facilement l’article correspondant. Cependant, le schéma s’en trouve tordu, mis en pièce et étalé ligne par ligne : “définir terme”, “biographie machin”, “ambiance Jeux : citation”. C’est un bon compromis, faiblement “papeterivore” tout en me permettant de poser mes idées. Mais c’est aussi l’obligation de toujours avoir cahier et écran à disposition pour pouvoir travailler, et la désagréable sensation de travestir ma pensée. Pour chaque élément reporté sur le cahier de brouillon, il me manquera son “contexte textuel”, c’est-à-dire sa taille propre, sa taille par rapport au reste de l’article, sa position dans l’article, la phrase d’avant et celle d’après : en bref, tout ce qui fait que cet élément se démarque et est devenu digne d’intérêt. De plus, une fois posé sur ce cahier, mon schéma est irrémédiablement transformé, devenu trace écrite monstrueuse qui ne peut plus venir se calquer sur l’article, ce qui implique de devoir chercher à nouveau chaque élément lors du travail d’analyse.
  • Soit j’opte pour une solution “zéro papier” en travaillant exclusivement de manière numérique. Word ou PDF permettent d’opérer ce travail de surlignage ou soulignage auquel chacun donne sa propre signification. Mais je ne suis pas un natif du numérique, et (est-ce là encore un caprice de neurodivergeant ou un simple manque de maîtrise de l’outil ?) je ne les trouve pas assez souple pour rendre correctement compte de mon schéma : impossible de faire des flèches libres reliant deux éléments de texte, d’écrire où je veux dans la marge voire entre les lignes. Je sais que certains outils existent (au moins les flèches), mais je ne sais pas les utiliser et je les trouve assez moches, or un rendu visuel attractif est important pour maintenir correctement l’attention. Et si j’ai le sens artistique d’une huître lorsqu’il s’agit de dessiner quelque chose, c’est encore pire si je dois le faire avec une souris. Le 1OO% numérique comporte d’autres points négatifs, tels que la procrastination, mais retenons globalement que j’ai du mal à rester concentrer face à un écran sur de longues périodes. De plus, comme la première solution exige un va-et-vient permanent entre l’article et le cahier de brouillon, ici l’on devra passer systématiquement de la fenêtre de l’article annoté à la page de recherches ou au document Word de rédaction, à moins de travailler en double-écran. Un dispositif pénible pour “l’organisé horizontal” que je suis. Quand aux liseuses qui permettent de prendre des notes avec un rendu proche du papier, elles sont tout simplement hors de prix pour moi.
Crédits : frozennuch, CC Pixabay
  • Dernière solution, qui me taraude depuis quelques jours : imprimer les articles pour y coller proprement mon schéma mental. C’est là que se pose la question de ma conscience écologique. C’est une cause à laquelle je suis sensible, et j’essaie dans mes actes quotidiens de réduire mon empreinte sur la planète. Mais si je n’y arrive pas, je ne m’en veux pas, n’étant pas en capacité de le faire : produits bio ou moins emballés hors de mon budget, etc. En revanche, imprimer un nombre importants (rien que pour le Monde, ce sont environ 7O articles qui sont concernés) de sources utilisables de manière numérique est pour moi un acte de pollution volontaire qui me fait grimacer. Le papier et l’encre utilisés (sans compter les unités sur ma carte d’imprimante…) ainsi ressemblent à du gaspillage. Mais ce n’est pas un hasard si je n’ai jamais complètement réalisé de “digital turn”, prenant encore mes cours sur papier. C’est un support sur lequel je me sens bien plus à l’aise pour réfléchir, et même parfois pour rédiger. Circonscrit à ma feuille de papier, les occasions de procrastiner sont moindres, en même temps que tout l’espace peut être librement utilisé pour construire ma pensée, quitte à écrire en diagonal, en vert, en petit, dans un tableau tracé à la hâte. Deux arguments non-négligeables que le numérique n’a pas pour lui.

Je ne suis pas encore décidé sur l’option que j’utiliserai. la seconde me semble impossible, tant que je ne suis pas décidé à optimiser mon utilisation du numérique (et mes modestes moyens ainsi que mon rapport amour-haine avec l’informatique m’en dissuadent pour le moment). La troisième me tente réellement malgré mes réticences écologiques (alors que je me posais nettement moins la question quand il s’agissait d’imprimer cent pages de scénario de jeu de rôles…). La possibilité de travailler à même la source et d’avoir un vrai rendu visuel de mon travail, en plus de coller à mon mode d’organisation au moment de la rédaction, rendent cette option attrayante. Je pense néanmoins essayer au moins un temps la technique du cahier du brouillon. Si je vois au bout de 5 articles que je ne suis pas satisfait, je passerai à l’impression intégrale ; dans le cas contraire, j’irais acheter un cahier assez épais pour être consacré entièrement aux articles, sur le mode “1 page = 1 article”.

Je me doute que bien des chercheurs, y compris neurotypiques, se sont heurté à ce genre de dilemme bien avant moi. Je ne suis par ailleurs pas du genre à mettre en avant mon diagnostic, néanmoins, dans le cas présent, je pense qu’il peut en partie expliquer ma difficulté à m’adapter à telle ou telle solution. Cette réflexion est apparue au fil d’une rédaction, à chaud et d’une traite, qui devait vraiment s’intéresser à l’impact écologique du chercheur. Il me semble que le débat mérite d’être posé et que dans le cadre de la recherche aussi, il faut arrêter de se masquer devant les comportements de masse pour s’excuser de ne pas agir quand on le peut. Si je songe réellement à adapter mon organisation de travail pour réduire mon empreinte écologique alors que je peux littéralement bloquer ma réflexion devant les marges mal configurées de mon document Word, pourquoi ne le faites-vous pas ? Pour tout le monde, la recherche est affaire de confort organisationnel. Au point de heurter sa conscience écologique, ou bien ce confort est-il tellement nécessaire qu’il efface cette question ?

Crédits Image à la Une : Kyrnos, CC Pixabay


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/01/2019

    […] point sur mon mode de travail s’impose. J’ai déjà eu l’occasion de parler de la matérialité de mon travail, mais pas de ses conditions. J’ai un mal fou à travailler chez moi. Pas de garde-fou, des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.