Interview d’Hugo Cailhol, kayak

Pour le compte de mon université, je suis amené à faire des interviews de sportifs de haut niveau. Comme le contenu est raccourci sur leur site internet, ils m’ont autorisé à publier l’intégralité de l’interview ici. Rencontre donc avec Hugo Cailhol, si proche de participer aux JO de Rio en 2016.

Crédits : Hugo Cailhol, tous droits réservés

Bonjour Hugo. Peux-tu te présenter pour nos lecteurs ?

Je m’appelle Hugo Cailhol, j’ai été étudiant à l’UT2J en psychologie pendant 5 ans, et durant tout ce temps j’ai été sportif de haut niveau en canöe slalom.

Pourquoi le choix de la psychologie et de l’UT2J ?

Cela fait suite à une réorientation. J’ai fait un sport-étude au lycée à Toulouse puis je me suis orienté en STAPS, un peu sans réfléchir aux débouchés, simplement parce que j’aimais le monde du sport. C’est en étant en fac de sport, et aussi en lien avec ma pratique sportive, que j’ai rencontré des psychologues. Avec les différents profils que j’ai rencontrés, je me suis dit que ça me plairait bien de faire ça. Je trouvais que les débouchés étaient très variés. J’étais en L2 STAPS quand j’ai décidé de me réorienter vers le cursus de psychologie, donc à l’UT2J.

Pour rester à Toulouse ?

Oui, j’y étais depuis le lycée, et puis je faisais du biplace donc pour m’entrainer avec mon binôme Nicolas, qui était aussi à Jean Jaurès, c’était l’idéal. On s’est assez facilement intégré à l’université, notamment grâce à mon enseignant tuteur, Jean-Luc Brédiba, que je remercie chaleureusement pour son accompagnement.

Toi et Nicolas, vous vous connaissiez avant d’être à l’UT2J ?

Notre parcours dans le sport est un peu compliqué, on faisait tous les deux du monoplace, et c’est assez tardivement qu’on s’est mis en biplace ensemble. On était déjà très potes, on a fait nos sélections juniors en équipe de France ensemble, ainsi que des compétitions, mais chacun de son côté, sans être adversaires car lui faisait du canöe et moi du kayak. Puis il y a eu un moment où on a tous les deux eu moins de résultats et c’est devenu possible d’envisager de se mettre en biplace. On a essayé et ça a vite bien marché, on a beaucoup progressé jusqu’à ne faire plus que ça pendant deux ou trois saisons. Le pic de notre carrière c’était en 2016, quand on a visé la sélection olympique. Cela faisait trois ans qu’on pratiquait le biplace ensemble, ce qui est peu pour un équipage de biplace, mais malgré notre faible expérience on n’est pas passé loin de la sélection, du coup on était remplaçants pour les Jeux.

Tu as commencé le kayak à quel âge ?

Vers mes 8 ans environ. En général, tout le monde commence par le kayak et au bout de trois ans de pratique, tu peux passer en canöe. C’était une fois par semaine, puis de plus en plus jusqu’à venir à Toulouse à partir de mes 15 ans pour en faire tous les jours et participer à des compétitions. Aujourd’hui, cela fait presque vingt ans que j’en fais.

Aujourd’hui tu as fini tes études de psychologie, comment se passe ton insertion professionnelle ?

J’ai fini mes études il y a deux ans, pour le moment j’ai eu plusieurs expériences assez variées, par exemple en psychiatrie, ainsi qu’au sein d’une association, toujours sur des contrats courts. Je suis très content de la manière dont ça se passe. Je n’ai pas envie de chercher ailleurs qu’à Toulouse, c’était lié à mon sport et aujourd’hui c’est un choix de vie. En ce moment, je travaille au CREPS de Toulouse, une institution dédiée aux sportifs de haut niveau, ce qui me permet de lier mes deux passions.

Et que devient ta carrière sportive ?

J’ai arrêté complètement en mai, dans un contexte un peu particulier parce que le biplace est sorti du programme olympique. On l’a su dès fin 2016, mais on a quand même participé aux championnats du monde en 2017, c’était une super course pour une dernière ! Comme j’étais encore motivé, j’ai décidé de refaire une saison de monoplace, mais les résultats ont été en dessous de mes attentes, c’est devenu difficile de garder la motivation en même temps que je voulais m’insérer professionnellement. En mai, j’ai donc décidé de tourner la page.

Sur ta vie à l’université, quels souvenirs gardes-tu ?

La vie d’un sportif de haut niveau à la fac, ça va vite. J’arrivais en vélo pour le début du cours ou en retard si je sortais d’un entrainement, et je repartais tout de suite après pour un entrainement ou d’autres obligations. On est donc peu intégré à la fac. J’ai beaucoup aimé mon année de Master 2 car ça m’a permis de retrouver une promo et de nouer des relations, on était que 25. Ce que j’ai vraiment apprécié au Mirail, c’est l’accompagnement que j’ai eu avec Jean-Luc Brédiba, qui m’a aidé à gérer tout le côté administratif, les retards, organiser des examens de remplacement, et globalement la considération de tous les enseignants qui voyaient le côté double projet comme une plus-value, et qui étaient toujours disposés à trouver des aménagements pour moi et faire en sorte qu’on puisse répondre aux attentes, jusqu’au Master 2 où il y a un volume de cours important et un stage.

Tu as donc toujours pu concilier ton avancée dans les études et ta carrière sportive, tes entrainements avec Nicolas ?

Oui exactement. Le genre de coup de main qui m’a été très bénéfique c’est la mise en relation, par l’intermédiaire de Jean-Luc Brédiba, avec un prof qui accueillait des stagiaires, de fil en aiguille ça a construit un petit réseau qui fait que j’ai pu mener à bien mes études.

Merci beaucoup Hugo, et bonne continuation !

Crédits Image à la Une : Gert Frederiksson et Sven-Olov Sjödelius, vainqueurs en K2 aux Jeux Olympiques de Rome (1960), Wikimédia Commons


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.