Du rugby en Algérie

Le football, omniprésent en Algérie. CC Das Wortgewand, Pixabay

Dans un pays où le football est roi, l’équipe de SapienSapiens, agence de production toulousaine, a voulu partir à la recherche du rugby en Algérie. Leur reportage, réalisé avec le soutien de France 3 Occitanie et de la région Occitanie, a fait l’objet d’une diffusion et d’une discussion le 19 avril 2018 à Toulouse. J’y étais pour vous.

Début 2015. Les recherches en Algérie n’ont rien trouvé : le rugby est rentré en France avec les accords d’Evian. Il faut aller jusqu’à Malacca, en Malaisie, pour tomber sur un groupe de franco-algériens qui, depuis des années, veulent créer une fédération de rugby en Algérie. Un rêve un peu fou. Ensemble, ils forment déjà une sélection nationale, et se rassemblent au moins une fois par an. Tous soulignent l’importance que revêt pour eux, comme pour n’importe quel Algérien, le fait de représenter leur pays. En cet été 2015, ils ont eu la chance de jouer une compétition entre pays musulmans. Après 2 victoires, les voilà en finale contre la Malaisie. Le match est tendu, émaillé de décisions arbitrales étranges, et se termine en bagarre générale. L’Algérie perd contre le pays organisateur, mais les joueurs, amers, ne renonceront pas.

Le reportage suit les membres du projet et enchaine les portraits. Nous rencontrons ainsi Azouz Aïb, qui coache la sélection et est l’un des meneurs du projet de fédération depuis son bureau, à Brive. Malgré les longues heures de discussions coupées au montage, le côté attachant du colosse est palpable, tout autant que son engagement dans le projet et son émotion à chaque avancée notable. Un engagement partagé par les autres, qui ont chacun leur histoire à raconter sur leur rencontre, peu naturelle pour leur origine, avec le rugby. Djemai Tebani, à Clichy, explique ainsi s’être rendu, adolescent, à un entrainement de football, comme l’aurait fait n’importe lequel de ses amis. Or ce jour-là, il n’y avait pas football, mais rugby. Cela fait désormais 33 ans qu’il est dans ce monde, où il est devenu éducateur. Suivant son exemple, de plus en plus de jeunes franco-algériens se mettent au rugby à Clichy. Les Toulousains Khaled et Samir racontent des histoires similaires, entre mauvais gabarit pour jouer au football et déception de ne pas avoir de sang marocain, qui possède une vraie fédération de rugby, jusqu’à l’appel d’Azouz. Invités à un tournoi de beach-rugby à Marseille puis rappelés pour la vraie sélection, ils ont la sensation d’être des pionniers, rejoignant un projet vieux de 10 ans.

Des Algériens jouant au rugby, ce sont aussi deux cultures qui s’affrontent. Ou pas. Tous témoignent du naturel que revêt pour eux cette situation, d’un métissage assumé. Ils sont à la fois français et algériens, sont imprégnés des deux cultures dont le rugby est présenté comme un trait d’union, certes improbable. C’est ainsi que Khaled, qui joue à Saint-Sulpice, explique que les choses se sont faites très naturellement lors de son arrivée au club, habitué à recruter des jeunes de la région n’ayant pas passé le cap du professionnalisme. Il n’a même pas eu à rappeler son régime alimentaire : lors du premier repas du club auquel il assiste, il a la surprise de se voir proposer quatre côtes d’agneau. Ici, ce qui compte, c’est que le joueur soit un “bon gars” et qu’il se donne à fond.

Fin 2015, la fédération est finalement créée et reconnue par le gouvernement. Il aura fallu plusieurs années, de nombreux déplacements en Algérie, des journées de formations d’éducateurs, des rencontres avec des officiels, mettre sa vie privée de côté, mais le rêve devient réalité. La “promesse” très intime d’Azouz est tenue. Le travail n’est pas fini pour autant : il faut trouver des sponsors, mais aussi convaincre les Algériens. L’Algérie joue chez elle, à Oran, pour la première fois le 18 décembre 2015. De nombreux officiels sont présents, mais le public aussi est là, remplissant le quart du stade. Un beau score pour une première, qui se conclut avec la manière : victoire 16-6 contre le voisin tunisien.

Le mouvement est lancé. L’hiver suivant, l’Algérie organise le Tournoi des Tri nations. Après un courte défaite contre le Maroc, le match contre la Tunisie doit être diffusé sur une grande chaine nationale. Une nouveauté pour tout le monde, y compris le commentateur dont les bourdes sont rattrapées par Azouz, qui l’assiste en cabine. La sélection perd encore pour un point, mais l’essentiel n’est pas là. Le public est présent et, alors qu’il découvre encore ce sport, n’impose pas encore la pression du résultat aux joueurs. Depuis la fin du tournage, une quinzaine de clubs se sont créés, principalement dans les villes d’origine des joueurs : Oran, Zéralda, Alger… Mais dans un pays où le foot est roi, les problèmes sont encore nombreux. L’Etat soutient peu le rugby, surtout financièrement, et les joueurs sont souvent poussés vers la sortie de terrains empruntés au football. Mais la possible qualification pour la Coupe du Monde et la hausse de niveau des joueurs du cru (même si aucun n’est encore international) pourraient changer les choses.

 

Crédits Image à la Une : CC Wikimedia, Brianhe


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.