Un Tour à Colombey

Crédits : Le Parisien

Elle fait partie des grandes images de l’histoire du sport, cette photo du général de Gaulle arrêtant le Tour de France, un après-midi de 1960. La Grande Boucle qui s’arrête le temps d’un hommage : le fait est alors inédit. Il est à l’initiative de Jacques Godet, créateur du journal L’Equipe et directeur du Tour. La course cycliste est alors le deuxième évènement sportif le plus médiatisé chaque année. En pleines négociations avec le FLN, de Gaulle apprécie l’hommage et le bain de foule.

S’il n’est lui-même pas un grand sportif, en dehors de quelques aptitudes pour les disciplines militaires (escrime, équitation), de Gaulle est un spectateur de sport avisé. Surtout, il a compris le pouvoir politique du sport, à la fois mobilisateur et émancipateur. Contrairement aux dirigeants de la IVe République, il aime côtoyer le monde sportif et s’en sert pour son image. Il y a aussi une certaine idée de la France et de la jeunesse dans la politique volontariste en matière de sport dans les années 1960. Et si le football, jugé trop populaire et corrompu par l’argent, ne trouve pas les faveurs du général (qui assiste tout de même, par tradition, aux finales de Coupe de France), le cyclisme et le Tour de France correspondent parfaitement à l’idée que de Gaulle se fait du sport utilisable par la politique.

La Légion d’honneur : des cyclistes au service de la France

Vélo Louison Bobet Crédits : Xavier Regnier, tous droits réservés

Oubliés par une IVe République qui avait encore en mémoire l’usage du sport par Vichy, les sportifs des années 1950 seront en revanche reconnus par de Gaulle. Vainqueur de trois Tours de suite (de 1953 à 1955), Louison Bobet est un champion extrêmement populaire, régulièrement médiatisé. Le breton fait donc logiquement partie des premiers sportifs décorés par la Ve République. Il reçoit sa médaille en avril 1965, mais sa relation avec de Gaulle, déjà salué lors de l’arrêt du Tour à Colombey, ne s’arrête pas là. En janvier 1967, il est en effet invité à prendre le petit-déjeuner à l’Elysée avec François Mauriac. L’occasion de recroiser le président, et d’être publiquement félicité pour sa reconversion.

Mieux que les 5 cyclistes décorés par Maurice Herzog sous le premier mandat de de Gaulle (dont Bobet donc…), Jacques Anquetil, quintuple vainqueur du Tour de France, devient le premier sportif décoré de la main du président, le 7 novembre 1966. Loués pour leur courage physique, les cyclistes sont de ceux qui “emporte[nt] une partie du rayonnement de la France” et “apportent au patrimoine” de la nation. C’est qu’en plus de perpétuer la tradition française de la piste, le cyclisme est dans la pleine lignée du sport étatisé imaginé par de Gaulle : un potentiel sportif reconnaissable lors du service militaire avant un accueil à l’Institut national des sports. C’est ainsi le cas de Michel Jazy, recordman du mile en 1965 et l’une des têtes de gondole de la délégation française aux Jeux Olympiques de Mexico.

Le Tour, entre Algérie et Europe

Crédits : Marvellyous Art, Tumblr

Au service de la France, le cyclisme peut aussi contribuer à donner une bonne image du président. C’est ainsi que s’organise le fameux arrêt du Tour à Colombey. Alors en pleines négociations avec le FLN, cherchant une issue à une guerre (qui n’en porte pas le nom) très impopulaire et qui divise la France, de Gaulle prend un peu de recul et se retire dans son village de Colombey-les-deux-églises, où doit passer le Tour. Au courant de la présence du général, le directeur de course Jacques Godet fait mettre pied à terre au peloton. La première surprise passée, les coureurs se découvrent pour rendre hommage à de Gaulle, qui salue les leaders. L’évènement et le bain de foule qu’il suscite conforte la popularité du général. Côté coureurs, l’arrêt n’aura aucune incidence.

Le Tour se met aussi au service de la politique européenne de de Gaulle. Le peloton s’élance ainsi de Bruxelles en 1958, afin de célébrer la mise en place du Marché commun, puis de Cologne en 1965, deux ans après le traité franco-allemand. Déjà parti d’Amsterdam en 1954, le Tour visite également dans ces années 1950-1960 l’Italie et la Suisse. Mais jamais l’Angleterre, alors que de Gaulle pose son véto à l’intégration du Royaume-Uni dans la CEE en 1963 et 1967. Cette même année, en réaction aux idées de fédéralisme européen, il pousse les organisateurs du Tour à revenir à un système d’organisation par équipes nationales. Jacques Godet, lui-même farouchement opposé aux équipes de marques en place depuis 1962, accepte. Mais la diplomatie sportive doit cette fois s’écarter devant la réalité. Entre disputes de leaders et manque de concurrence entre équipes lors des éditions 1967 et 1968, le Tour et Godet doivent se résoudre à adopter définitivement les équipes de marques en 1969.

Crédits Image à la Une : Le peloton à Colombey-les-deux-Eglises | © ASO, sur 101velo.com



Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.