Gants et bérets noirs

Podium du 200m, L’Équipe, 18 octobre 1968

Il y a quelques jours, à l’occasion du colloque des Master 2 organisé annuellement par mon Master, j’ai eu l’occasion de présenter une partie de mon travail. Dans le temps qui m’était imparti, j’ai choisi de me centrer sur un axe fort du traitement médiatique des Jeux de Mexico : la question raciale, mise en lumière aux yeux du monde par le poing levé de Smith et Carlos sur le podium du 200m.

D’abord décriés pour l’altitude de la ville-hôte, objet d’un bras de fer géopolitique avec la présence de deux équipes allemandes, l’absence de la Corée du Nord, sans compter les compétitions où Tchécoslovaques et Soviétiques s’affrontaient au lendemain du printemps de Prague, et un contexte national tendu, où le mouvement étudiant était réprimé dans le sang dix jours avant la cérémonie d’ouverture, les JO de Mexico basculaient dans une autre dimension avec la protestation des deux athlètes américains.

L’Olympic Project for Human Rights

Au cœur des années de combats de Martin Luther King et autres Black Panthers pour l’égalité entre Noirs et Blancs aux États-Unis, Tommie Smith et John Carlos, disciples du sociologue Harry Edwards, font partie du Olympic Project for Human Rights. Dans le viseur du mouvement se trouve l’Afrique du Sud, régime d’apartheid invité aux Jeux de Mexico le 15 février 1968. « Une décision qui pourrait avoir de graves conséquences » juge Le Monde. En effet, les athlètes noirs américains, soutenus par Martin Luther King, menacent de boycotter les Jeux. Le mouvement prend de l’ampleur, une quinzaine de pays africains se retirant dans la semaine qui suit l’admission de l’Afrique du Sud. L’affaire ébranle le CIO et prend une tournure politique quand trente-deux pays se rangent à l’avis de l’URSS d’exclure l’Afrique du Sud des Jeux.

Avery Brundage, président du CIO (1952-1972),
photographie de Rob Mieremet pour l’Anefo, Wikicommons

Entre le 15 février, date de l’admission de l’Afrique du Sud aux Jeux, et le 25 avril, date à laquelle l’invitation est officiellement retirée, Le Monde consacre pas moins de 27 articles à la controverse. L’affaire est surtout un camouflet pour Avery Brundage, président du CIO et soutien de l’Afrique du Sud. Les membres du OPHR renoncent au boycott début septembre, mais annoncent leur intention de manifester à leur manière. Dans un article du Monde du 4 septembre, Smith et Carlos apparaissent ainsi déjà parmi les leaders du mouvement, qui se dresse toujours contre Brundage. Ce dernier réplique sur une chaîne de télévision américaine en menaçant d’exclure des Jeux tout athlète provoquant des troubles.

Mais à l’heure de démarrer les Jeux, la question raciale s’estompe, et si l’on devine une vague soutien du Monde à l’OPHR, la protestation de ses membres est bien « silencieuse » et se résume à un badge. Brundage est réélu président du CIO, scénario inimaginable quelques semaines auparavant. Jean Bobet, journaliste au Monde, dresse le portrait critique d’un vieillard conservateur et opiniâtre qui risque de maintenir l’olympisme dans l’immobilisme. Dans la presse, la mention de race ne revient que pour s’enthousiasmer des performances africaines, et pour noter que la finale du 100m est disputée, pour la première fois, exclusivement par des Noirs. Ni le Monde, ni l’Équipe ne disent alors que Hines, noir américain, refusa de recevoir sa médaille d’or des mains de Brundage. Nous sommes le 16 octobre.

Le podium du scandale

17 octobre, finale du 200m. Smith et Carlos, qui terminent premier et troisième, s’avancent vers le podium en chaussettes noires, les chaussures à la main, un collier de perles autour du cou. Au moment où résonne l’hymne américain, ils baissent la tête et lèvent un poing ganté de noir. Les médias sur place se précipitent pour interroger les deux hommes sur leur geste, qui constitue une violation de la Charte Olympique.

Pourtant, le Monde se montre très mesuré dans un premier temps. L’édition du 18 octobre offre deux articles couvrant ce geste : le premier, de Raymond Marcillac, journaliste sportif, décrit simplement le geste, sans jugement, soulignant que « c’est la première fois qu’un tel geste est accompli ». Le même article raconte la course, avec une admiration marquée pour Smith, mais couvre aussi d’autres épreuves. L’autre article est tiré de la conférence de presse qui a suivi le podium. Il met le lecteur dans le contexte d’une « atmosphère chargé d’électricité » et d’une salle de presse comble. Mais ce sont avant tout les propos, certes décrits « très vifs contre les États-Unis », de Smith et Carlos qui sont retranscrits.

Jacques Godet en 1962 sur le Tour de France, photographie de Harry Pot pour l’Anefo, Wikicommons

L’avis du journal l’Équipe est plus ambigüe. La Une se concentre sur le record du monde de Smith, tout comme l’article de la page 3, qui décrit la course avec d’autres épreuves. En revanche, l’édito du directeur du journal Jacques Goddet, déjà reporter pour l’Auto en 1936, se fait plus critique. Excluant toute prise de position politique, il désapprouve une manifestation qui n’a, selon lui, pas sa place dans un concours qui prône justement l’égalité de tous et constitue une injure envers le CIO, qui a exclut l’Afrique du Sud à cause de l’apartheid. Cependant, à l’image d’un Carl Roby ne voulant pas punir des « enfantillages », Jacques Godet désire que le CIO ignore l’incident afin de ne pas envenimer les choses, et conseille de mieux surveiller les tenues avant l’accès au podium pour éviter « des costumes grotesques ». La critique est aussi ambigüe dans l’article page 4, qui relate lui aussi la cérémonie et rend compte de la prise de parole de Smith et Carlos. Mais il souligne le mélange maladroit entre la protestation contre le racisme, affaire sérieuse, et le geste des chaussures, lié à une autre affaire, qui apparaît alors comme un « coup publicitaire » contraire aux règles olympiques, venant brouiller l’exposition du problème racial.

Les suites de l’affaire

La manifestation des deux athlètes, en plus d’une conférence de presse transformée en tribune politique, est vécue comme une humiliation publique des États-Unis. L’affaire devient politique : Le Monde révèle ainsi, dès le 19 octobre, que l’exclusion de Smith et Carlos fait suite aux pressions du CIO et de son président, Avery Brundage. Jean Marquet, le journaliste à l’origine de cette révélation, se montre critique vis-à-vis de Brundage, rappelant « ses attitudes à l’égard du racisme depuis 1936 ». Même si lui aussi « regrette » le geste des deux athlètes, et admet qu’il s’agit d’une grave affaire, on sent qu’il partage les convictions des champions, qui ont « attiré opportunément l’attention vers la situation raciale aux États-Unis ».

Entre le 19 et le 22 octobre, le Monde consacre 9 articles à l’affaire. Au total, 18% des articles relatifs aux Jeux pendant la quinzaine olympique traitent de la question raciale. Le journal s’affirme alors comme espace de débat, avec des articles parfois court possédant une opinion marquée. Ainsi, Robert Escarpit et Pierre Mathias, qui ne font pas partie de l’équipe de reporters du Monde à Mexico, publient chacun un article très court, inférieur à 150 mots. Robert Escarpit, le 19 octobre, à chaud, critique le mouvement de Smith et Carlos mais aussi le regroupement par équipes nationales. Pierre Mathias, 9 jours plus tard, rappelant le mythe d’Esope, défend des Noirs que l’on tenterai de discréditer en jetant sur eux des soupçons de professionnalisme : une enquête est alors en cours au sein de l’équipe américaine, il se murmure que des athlètes ont trouvé de l’argent dans leurs chaussures.

Avec le geste mais surtout l’exclusion de Smith et Carlos, « les Jeux ont pris une nouvelle figure » selon Jean Lacouture. Il raconte les débats et l’agitation du pavillon américain au soir de la sanction. Si la manifestation des deux athlètes ne fait pas l’unanimité au sein de l’équipe, la sanction les rend sympathiques. « Pour les Noirs américains, désormais toute victoire est politique » titre Le Monde, comme si l’unité du peuple noir, symbolisé par le gant noir, se réalisait sur la piste. Le lendemain, après une nuit courte, Lee Evans, troisième leader du Black Power, bat le record du monde du 400m devant deux autres noirs américains. Sur le podium, ils portent tous un béret noir, semblable à celui de Black Panther. Malgré leur poing levé, ils ne sont « plus raidis dans la formidable attitude de refus » de leurs camarades, nous rapporte Lacouture. Lors de l’hymne, ils enlèvent même le béret. Mais pour Carlos, en tribune, « chacun sa forme de protestation ». Evans, James et Freeman ne seront pas inquiétés pour leur geste, non photographié et tout juste évoqué par l’Equipe, dans un article de Michel Clare qui dit son admiration pour Evans et son combat, sans même écrire « racisme » ou « discrimination ». Il en va de même dans l’édito de Jacques Godet, « ravi que la raison sportive reprit sa place » avec les records d’Evans et de Beamon, qui « choisirent d’honorer leur race ».

Un épiphénomène ?

Avec la menace du boycott pour protester contre la présence de l’Afrique du Sud puis par le port du badge OPHR et les performances des athlètes, les Noirs américains bénéficient d’une tribune pour manifester et mettre en avant leur combat. Toutefois, l’écho médiatique du mouvement reste majoritairement circonscrit à l’attitude de Smith et Carlos sur le podium du 200m. Dans la presse d’information comme dans la presse sportive, on estime le combat juste mais que le politique n’a pas sa place aux Jeux, qui doivent rester un espace purement sportif. Le 18 octobre, L’Équipe relègue même la photo du podium en pages intérieure pour consacrer sa Une au sportif : la victoire de Smith, mais surtout celle de Colette Besson, une française.

Image à la Une : Édito de Jacques Goddet, directeur de l’Équipe, dans le numéro du 18 octobre 1968


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.