From Paris with microfilms (épisode 1)

C’est un passage presque incontournable pour un jeune chercheur dans bon nombre de disciplines. Un rite, diront certains. Du 13 au 19 janvier 2019, je suis allé à Paris pour mes recherches. Récit de ce voyage initiatique au jour le jour.

Je suis déjà un peu familier de Paris. Mes parents y ont vécu, j’y passe à chaque fois que je dois faire le trajet Toulouse-Picardie et je suis venu en touriste plusieurs fois. Mais jamais aussi longtemps, ni aussi livré à moi-même, ni avec autant d’enjeux. Aucune appréhension particulière (des millions de gens vivent dans le coin, je devrais m’en sortir), mais l’impression naturelle d’être un peu perdu parfois, surtout que Paris est une ville qui ne vous attend pas. Cet agacement envers le manque d’informations (arrivé le dimanche en fin d’après-midi, je n’ai su que le lundi midi qu’on pouvait se procurer un pass Navigo hebdomadaire : ça semble évident mais allez trouver cette info…) et la propension des gens à être bien moins cools qu’à Toulouse est cependant compensé par ce sentiment indescriptible pour toute personne sensible à la culture qui se balade dans Paris -sentiment renforcé par ce côté vacances puisqu’on est loin du quotidien. Sans le fameux sésame du métro, j’ai donc profité de mon lundi pour déambuler dans les 5e, 6e et 7e arrondissements et prendre des photos.

Photo prise Passage des Sans-culotte, 5e arrondissement – Xavier Regnier, tous droits réservés

Je goutais ainsi la joie de marcher dans une ville où l’histoire est partout, malgré mes déconvenues. En quête d’abord des ressources numériques de l’Université Paris-3, je me heurtais un temps à l’incompétence de deux bibliothécaires (oui, ça dénonce fort, mais je suis moniteur-étudiant dans une BU alors voir des titulaires incapables de savoir ce qui se trouve dans leurs collections et comment y accéder, ça me fait mal). Un troisième collègue à l’esprit plus vif décidait de résoudre la grande question : fallait-il que je paye ou non pour avoir accès à des ressources numériques sur place. Après consultation de 2 ou 3 personnels administratifs, la réponse tombait : Oui. Coup dur, 17€. Je décide de ne pas payer puisque j’aurais accès dès l’après-midi à la version microfilm du Guardian à la BnF, et tant pis pour la recherche par mots-clés. Cependant, j’avais entretemps consulté leur catalogue et déniché un petit trésor : le mémoire officiel des Jeux de Mexico, en français. Là encore, petit imbroglio : il s’avère que l’ouvrage ne se trouve pas dans leur magasin mais dans celui de l’IHEAL. 40 minutes à pied plus tard, je tombe sur un institut ouvert, mais dont seule l’une des bibliothèques est ouverte : pas la mienne. Déveine.

La Bibliothèque nationale de France

Il est alors midi, il n’y a déjà plus que la BnF qui m’intéresse, elle n’ouvre qu’à 14h. Je longe la Seine, prend une photo de Notre-Dame et cherche un Burger King sur google. L’émotion m’étreint quand j’apprends qu’il y en a un à deux pas de la BnF. Après un repas bienvenu, je rejoins enfin ce lieu mythique. Je reste bouche bée devant l’impression qui se dégage de ces quatre immeubles en L qui délimitent les coins d’une place. Je me paume, un agent de sécurité m’indique le chemin. Il faut descendre. Par l’escalier côté Est, dont je n’avais pas deviné l’existence. Il y a la queue, je m’inquiète un peu. Je pose la question à quelqu’un, qui m’explique que pour ma carte, c’est après les contrôles. Les gens de l’accueil et des caisses sont aimables et efficaces. Je passe ensuite au vestiaire, où il faut mettre ses affaires dans une sacoche transparente. Je n’ose pas prendre ma bouteille d’eau en salle de travail. Il faut descendre. Il faut descendre. Oui, deux fois, pour deux escalators. Le plafond est très haut, et je sais qu’il y a encore tout l’immeuble par-dessus. Je me sens minuscule.

Bibliothèque nationale de France – Xavier Regnier, tous droits réservés

Un agent me réserve une place et mes documents en salle O, en me tendant un plan. Il faut encore badger, passer un sas avant de longer le couloir pour trouver sa salle. Une demi-heure plus tard, j’ai ma bobine et le bibliothécaire me montre comment me servir des grosses machines pour faire défiler la bobine. Je peux enfin travailler, avec mon PC et mon calepin de notes de chaque côté de la machine. J’enquille deux bonnes heures de travail presque sans les voir, absorbé par le défilé des pages. La concentration se perd, la consultation du téléphone devenant machinale, je décide d’aller prendre un café. Habitué aux machines de la fac, je tombe de haut quand je vois qu’il faut débourser 1€. “Merde, j’ai pas assez” je lâche tout haut, comme pour m’excuser. La nana qui attend derrière moi me regarde comme si j’étais un parfait idiot. Tant pis, je m’accorde tout de même un quart d’heure de respiration avant de reprendre le travail.

Impressions

Le lendemain, j’agis déjà presque comme un habitué. J’ai mon pass Navigo, ma carte de la BnF, ma place et mes bobines réservées la veille au soir avant de partir. Je prend ma bouteille d’eau dans la sacoche transparente. Je me sens encore tout petit, mais j’ai l’impression de grandir. J’aide même d’autres lecteurs à placer l’amorce de leur bobine, et j’ai de la monnaie en poche pour un café. Je suis comme réglé en mode travail.

Un petit point sur mon mode de travail s’impose. J’ai déjà eu l’occasion de parler de la matérialité de mon travail, mais pas de ses conditions. J’ai un mal fou à travailler chez moi. Pas de garde-fou, des distractions et de la nourriture à proximité, difficile dans ce cadre d’avoir un moment où se rassemble la motivation. J’ai besoin de sortir de chez moi pour aller travailler, le plus souvent sur une BU du campus, à la bibliothèque méridionale en temps de blocage. Une fois lancé dans ce travail, je peux revenir chez moi le soir et continuer à travailler.

Quel rapport avec la BnF me direz vous ? Et bien c’est cette routine de préparation (le portique de sécurité, le vestiaire, la petite sacoche transparente, la carte, les escalators, récupérer ses documents) qui me met dans l’optique de travailler. Le lieu s’y prête formidablement : immense, solennel, rempli de ressources pour travailler et de gens venus étudier en silence. Le sérieux est de mise, au point de devenir naturel. Même si mon téléphone est à portée de main, la notion de distraction s’efface, et si je m’aventure à aller sur Twitter, je me réprimande assez vite.

Néanmoins, mon cerveau vagabonde, c’est plus fort que moi. Je parlais plus haut de plages de travail de 2h : je m’y tiens, mais la dernière demi-heure est compliquée. Surtout sur la consultation du Monde, dont je ne découvre pas le contenu. Ces sautes de concentration se produisent toujours au même moment : après avoir repéré les articles déjà présents dans ma base de données et avoir analysé dans ma tête ce que la consultation physique m’apportait. Le plus dur est alors de prendre une feuille pour le noter. Passé cet effort, je n’ai aucun mal à repartir dans la consultation du journal et analyser mentalement une nouvelle série d’articles, même si je m’étais promis, constatant ma peine à l’effort, d’aller faire une pause.

Des anglais loquaces

Ma consultation de la bobine du mois d’octobre 1968 se termine le mardi à 12h20. Il faut fêter ça avec une pause repas avant de s’attaquer au gros de ma semaine : The Guardian. Impossible de savoir à l’avance la quantité de travail que cela va représenter (merci encore UP3), et si le nom est coché depuis le mois de septembre, cela va être un vrai premier contact avec de la presse britannique. Mon anglais à géométrie variable me permet de cerner l’intention de chaque article ; je décide toutefois de ne pas faire une lecture approfondie, l’urgence étant de repérer tous les articles qui m’intéressent. Une fois cela fait, il sera temps d’imprimer les pages concernées et de rentrer à Toulouse où j’aurais le temps de traduire correctement.

Lecteur de microfilms de la BnF – Xavier Regnier, tous droits réservés

Je me rend assez vite compte, dès la lecture des jours précédents les Jeux, que je suis face à un combo chance/malchance. Chance, parce que les anglais sont bien plus loquaces que les journalistes du Monde sur les Jeux et la situation au Mexique, ce qui ouvre d’intéressantes perspectives de comparaison et me fournit des renseignements précieux et nouveaux. Malchance, car on est déjà en janvier, et qu’avec la magie de la procrastination, je n’ai pas encore terminé l’analyse de la presse française. Il va donc falloir garder un gros rythme de travail une fois revenu à la vie toulousaine. Ce maelström a de quoi décourager. Après plus de 2h de travail, j’ai consulté les onze premiers jours d’octobre, soit à peu près tout ce qu’il y a avant les Jeux. Mon cerveau commence à avoir la flemme de traduire l’anglais, mais surtout il fourmille de nouvelles informations et d’idées que je n’ai pas encore posées, puisque ma prise de note se limite à du repérage : page, titre de l’article et idée majeure. La pause café n’y fait rien, je n’arrive pas à me reconcentrer sur la lecture de presse.

La suite est par ici.

Source Image à la Une : Trenton Free Public Library


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.