From Paris with microfilms (épisode 2)

C’est un passage presque incontournable pour un jeune chercheur dans bon nombre de disciplines. Un rite, diront certains. Du 13 au 19 janvier 2019, je suis allé à Paris pour mes recherches. Récit de ce voyage initiatique au jour le jour.

La première partie de mon voyage est racontée ici.

Mes nuits sont plus courtes qu’à l’accoutumée. Le fait d’être en voyage, d’une part, et d’être hébergé dans le 94 depuis le dimanche soir. Je m’en accommode assez bien en général, mais ce mercredi, l’énergie manque un peu. Je serre donc les dents pour avancer le matin, et profite de la pause du midi pour faire le plein de protéines, glucides, sucres… Le travail reprend, mais le repérage incessant me frustre : j’ai envie de rentrer dans le fond de l’analyse. Je me presse donc, quitte à noter moins d’informations, relevant simplement les pages et titres des articles pour tout imprimer au plus vite.

Manigances

Je termine ce laborieux listing avant la fin de l’après-midi, et me rend à la salle de reprographie, heureux de mon avancée. Premier contre-temps : la machine est en panne, il faut que j’aille acheter ma carte à l’autre bout du bâtiment. Je fais donc le tour du Jardin, longeant ce couloir qui n’en finit pas. Je met une petite fortune en recharge et retourne à la salle où quelqu’un imprimera ce que je lui demande. Deuxième contre-temps : contrairement aux machines en salle de lecture, il y a beaucoup de grain sur le rendu de l’imprimeuse. Même en imprimant en A3, le texte très serré du Guardian (8 colonnes par page) est quasiment illisible, surtout sur les bords. Or, les articles consacrés aux Jeux en Une sont généralement des manchettes.

Je renonce donc à imprimer les articles. Problème, j’en aurais besoin tout au long des mois à venir, autant dans un travail d’analyse et de réflexion que de rédaction. Je retourne donc aux machines à lire les microfilms, au fond de la salle de lecture. Là, je peux zoomer et améliorer la netteté à l’envie. Bravant le panneau représentant un appareil photo barré, je dégaine mon smartphone et prend des clichés des articles. J’apaise ma conscience en pensant à la carte de photocopie pleine et inutile dans ma poche. Ma journée de travail s’achève ainsi, et je rejoint ma nouvelle hébergeuse : passer du 94 au 18e arrondissement, voilà qui va me faire gagner du temps.

In italiano per favore

Bobine microfilm du Corriere della sera d’octobre 1968
Xavier Regnier, tous droits réservés

J’en profite pour dormir un peu plus le jeudi matin. Une fois à la BnF, je photographie les articles qui me manquaient et me repasse la bande, à la recherche de pages intéressantes à imprimer : j’ai décidé que la carte de photocopie servirait, et mes photos serrées sur le texte ne rendent pas justice à la mise en page du journal, à la hiérarchisation des articles. J’imprime une dizaine de pages en tout début d’après-midi : un rapide calcul mental me fait comprendre que je suis en avance. Je reprend la bobine du Monde, confronte la réalité à ma base de données constituée à partir d’Europresse. Certains articles avaient échappés à mes mots-clés (je les rajoute soigneusement dans la BDD), d’autres (des brèves) ne sont pas sur Europresse (je les photographie immédiatement).

Il est tout juste trop tard pour imprimer, mais la bibliothèque est encore ouverte pour deux heures. C’est idéal. J’ai réservé la bobine d’octobre 1968 du Corriere della sera à midi dans cette éventualité. Je ne suis pas italophone mais j’aime beaucoup l’Italie et sa culture sportive particulière. J’éprouve donc un sentiment d’excitation particulier au moment d’installer dans la bobine. Je sens que cette bobine peut m’apporter quelque chose en plus ; les premières pages confirment mon intuition. Contrairement au Monde et, dans une moindre mesure, le Corriere della sera a fait du massacre de la place des 3 Cultures son information majeure du 4 octobre en y consacrant trois pages pleines, dont la Une.

Un vendredi en bonus

Le vendredi matin, confronté à un cas de conscience suite à ma dernière découverte, je rejette un coup d’oeil au Monde avant de partir à l’impression. A-t-on vraiment fait si peu cas de la situation des étudiants mexicains, qui plus est dans le journal “officiel” de Mai 68 ? Oui. Le Monde ne regarde que vers l’Est et les retombées du printemps de Prague, ou presque. Sûr de n’avoir rien raté, je vais imprimer, comme pour le Guardian, des pages-témoins de la place des Jeux dans le journal. L’agent chargé de s’occuper de la salle, dépassé par la notion d’informatique, me laisse libre sur un poste. Heureusement, j’ai été assez attentif la veille pour faire la mise au point et régler les gamma afin d’avoir la meilleure image possible.

Retour à l’Italie donc. Je fais défiler les pages, notant la présence de chaque article consacré à Mexico. Je fais quelques observations aussi. Le débat sur la dénationalisation des Jeux Olympiques, que l’on retrouve à plusieurs reprises dans le Monde, n’a pas sa place ici : les journalistes suivent presque exclusivement les résultats de leur équipe, se permettant d’encourager, d’espérer, de crier à l’injustice. La passion l’emporte ; j’aime ce pays. La bobine terminée, je repasse par la case impression. J’ai sélectionné plusieurs articles, que je sors en A3 pour qu’ils soient lisibles. Mon travail à la BnF est terminé, il est 15h30. Je m’étais promis de garder une après-midi de libre pour une mission secrète et essentielle pour la thèse : allez au journal l’Equipe, demander des contacts pour monter un projet de dossier CIFRE. Par malheur, la standardiste est nouvelle, et ne peut répondre à ma demande peu ordinaire. Elle me dit de rappeler lundi. Ma semaine parisienne s’achève donc sur une petite déception, après un bond de géant dans ma recherche.

Crédits Image à la Une : Benh Lieu Song, Wikimédia Commons


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. NB dit :

    Témoignage très très intéressant ! Je me demandais… Avez-vous également consulté des archives audiovisuelles comme l’INA et Gaumont-Pathé Archives pour votre projet ?

    • Xavier Regnier dit :

      Il faudrait, mais je ne l’ai pas encore fait. Manque de temps et de recul pour savoir comment intégrer ça à mon corpus actuel. Mais cela me semble nécessaire oui !

Répondre à NB Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.