Jeter nos livres (?)

Faut-il faire le tri dans nos bibliothèques et jeter nos vieux livres ? Une question iconoclaste et volontairement provocatrice qui ne sort pourtant pas de nulle part. Tout chercheur a déjà été confronté à cette problématique : que faire d’un ouvrage de référence quand il est dépassé ? Nos connaissances actuelles nous donnent-elles le droit de tirer un trait sur ce qui a été écrit au début du XXe siècle ? Quelle place donner aux vieilles publications lorsqu’on se lance dans un sujet aujourd’hui ?

Et puis d’abord, c’est quoi une “vieille” publication ? L’âge d’une recherche ne fait pas sa qualité, ni au contraire son manque de qualité ; certaines publications qui ont plus de trente ou quarante ans font toujours office de référence, comme la thèse de Pierre Laborie sur l’opinion publique sous la Seconde Guerre mondiale. Il faut alors se poser deux questions : celle de la véracité et celle de l’angle d’étude. D’une part, de nouvelles sources ou de nouveaux travaux peuvent bousculer ce qu’on pensait savoir d’un sujet, rendant ainsi les anciennes publications erronées. De l’autre, un ouvrage de référence peut se situer si loin dans l’historiographie que l’angle d’approche a complètement changé depuis, et ainsi sembler dépassé.

Un cas concret : Les Archives du football

La réflexion m’est venue à l’occasion de la lecture des Archives du football d’Alfred Wahl, livre daté du mois de mars 1989. Sous-titré Sport et société en France (1880-1980), il se veut un appel pour une histoire du football, dont il place les premières bases en faisant une large part au football avant le professionnalisme, et cite à l’envie les acteurs de l’époque. Cet appel n’est pas neutre, puisque Wahl le lance au moment où l’histoire culturelle s’affirme comme courant important. L’ouvrage de Wahl peut être qualifié de référence, du moins de base, dont les faits n’ont pas été renversés et qui s’inscrit dans un courant qui est encore d’actualité. Et pourtant…

Pourtant Wahl étudie un football dépassé, un football presque originel. Les faits qu’il énonce sont vrais mais l’échelle de valeur a complètement changé depuis. Mars 1989, c’est avant la chute du Mur, la fin de la Guerre Froide et un changement radical d’enjeux concernant les matchs Est-Ouest. Avant Internet, l’information instantanée et les réseaux sociaux sur lesquels tous les joueurs d’aujourd’hui sont. Avant l’arrêt Bosman, qui modifie en profondeur le football par la circulation des joueurs, l’arrivée massive des Brésiliens en Europe, le choc des talents, des styles de jeu, des qualités techniques et physiques au sein même des clubs et fait du joueur une valeur marchande comme jamais auparavant. Avant France 98 et le formidable engouement populaire qu’il a entrainé, le bond du nombre de licenciés, l’affirmation d’une nouvelle identité. Wahl écrit en vivant un football qui n’est pas celui d’aujourd’hui. “L’envol des salaires” des années 1980 constaté est vrai, mais il est dérisoire au vu des sommes actuelles, et doit être remis en perspectives. Dans nos mémoires, le football d’avant la Seconde Guerre Mondiale est largement oublié, et c’est celui des années 1970 et 1980 qui est “romantique”.

Source : ipaf

Revoir la copie

Lire un ouvrage de référence daté oblige donc à se demander comment le sujet a évolué. Pourquoi certaines histoires ne sont-elles faites qu’aujourd’hui ? Wahl propose ainsi de faire, en marge d’une histoire des institutions, du monde professionnel, d’une histoire politique ou sociale du football, une “histoire du jeu”. Cela commence à peine, et l’on peut citer le récent ouvrage La loi du milieu qui s’intéresse notamment au mediocentro espagnol qui… n’existait pas en 1989 ! Or ce profil a tant changé l’aspect du football que si Wahl avait fait cette histoire à la fin des années 1980, elle n’aurait aucun intérêt aujourd’hui. Il en va de même de l’histoire des systèmes tactiques (auparavant le MW, justement sans mediocentro, plus récemment l’affirmation du profil “faux numéro 9”), ou d’une histoire de la passe qui montrerait comment l’on est passé du ballon objet du jeu, contrainte obligeant les joueurs à se déplacer et à batailler, au ballon instrument du jeu utilisé par Liverpool pour prendre la profondeur et à Barcelone comme outil de conquête du territoire.

Source : amazon.fr

Si l’évolution de l’objet d’étude peut rendre certaines questions pertinentes, il faut aussi se tourner vers les questions restées sans réponse. Peut-on y répondre aujourd’hui ? Dahl pose deux obstacles à l’histoire du football telle qu’il l’envisage. D’une part, le manque de documentation pour comprendre la réflexion des entraineurs. Aujourd’hui, les témoignages se font nombreux et permettent de remonter plus loin qu’on ne le pensait. Ainsi, dans Pep Confidential, Pep Guardiola évoque les entraineurs qu’il a pris pour modèle, pour inspiration, et les discussions qu’il a eu avec eux. Il ne s’agit donc pas du seul témoignage d’un Guardiola seul à l’origine du “faux numéro 9”, mais bien de celui d’une lignée, ou du moins d’un ensemble d’expériences. Le second obstacle est la non-obligation pour les dirigeants, à une certaine époque, de conserver une trace des délibérations. A la fin des années 1980, Dahl parle “d’archives à inventer”. Aujourd’hui, l’historiographie montre que l’on peut utiliser d’autres sources. De plus, par rapport aux années 1980, des fonds d’archives ont pu être ouverts, de nouveaux documents découverts ou versés aux archives… Il ne faut donc pas juger un vieil ouvrage de référence à ses manques, à ses rides, mais au contraire les prendre pour un petit sillon qu’il nous convient de creuser à l’aide de nos nouveaux outils, nos nouvelles sources, nos nouvelles questions.

 

Crédits Image à la Une : eclectique.net


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.