Le football est-il révolutionnaire ? La révolution sociale [1/4]

Un adage bien connu dit que le sport est le miroir de nos sociétés. Dans un monde en tension tout au long du XXe siècle, et qui connaît un regain d’agitation ces dernières années (printemps arabes, manifestations en Amérique latine et en Asie, gilets jaunes, etc.), le football offre un bon miroir. Sport souvent pointé du doigt pour les violences régulières commises par quelques bandes de supporters autant que pour son économie débridée, le stade comme lieu de liberté est devenu un laboratoire des mesures liberticides, quand les tribunes donnent à mesurer l’importance des luttes sociétales (homophobie, racisme). A l’image des manifestations qui ont essaimées sur le globe en 2019, le fan de football lambda se place souvent en contradiction avec les élites dirigeantes de son sport, dont il dénonce les dérives financières et les réformes plus favorables aux riches qu’à l’équité sportive et à la passion. Dans le même temps, le football demeure un langage universel, pratiqué ou regardé par toutes les couches de la population dans tous les pays. Entre unité et fractures, constance et nouveautés, le football porte-t-il en lui les germes de la révolution ?

The foot-ball play, Alexander Crase, v. 1830, CC.

Il faut, pour espérer répondre à cette question, regarder d’abord comment le football a accompagné les évolutions de nos sociétés. Et effectuer un retour en arrière sur la création du jeu de ballon. Dès l’Antiquité et le Moyen-Âge, des formes de proto-football existent : sphairomachia en Grèce antique, harpastum sous l’Empire romain, folk football déjà interdit par Edouard II d’Angleterre en 1314, calcio fiorentino à Florence, soule en France. Ces diverses appellations regroupent une série de pratiques aux règles rudimentaires et fluctuantes où deux camps opposés se disputent un ballon sphérique et doivent le porter dans un camp, qu’il s’agisse de l’extrémité d’une place ou d’une vallée entière. Et sert donc déjà, au-delà de sa dimension ludique, à apaiser et régler les conflits entre communautés populaires (villages voisins, hommes mariés contre célibataires, corps de métiers, etc.) dans un cadre ritualisé.

La naissance du football moderne

Le football moderne, lui, naît dans les publics schools anglaises, au cours du XIXe siècle. Pour simplifier, on considérera que le football tel qu’on le connaît, et qui nous intéresse dans cette analyse, « naît » le 26 octobre 1863, date de création de la Football Association qui en fixe les premières règles destinées à devenir universelles. A ce moment-là donc, le football n’est joué que par d’anciens étudiants appartenant à la classe bourgeoise (avocats, médecins, professeurs). Ce moment coïncide avec une époque où la classe laborieuse accède à certains droits, notamment sur le temps de travail, et donc à la possibilité d’avoir des loisirs. Pour les premiers adeptes du football, hommes d’église et patrons, sensibles au discours philanthropique en vogue, il est un moyen de contrôler les ouvriers en les éloignant du pub. Déjà, le club de football est synonyme d’appartenance à un groupe, une entreprise, une rue. L’occasion de s’imposer face au rugby est belle : la création de la FA Cup, en 1872, permet au football de conquérir tous les territoires avec la promesse d’une possible ascension sociale par le mérite. Le football n’est déjà plus un simple loisir, et attire ainsi toutes les couches de la population.

Le défraiement de journées passées loin de l’usine pour en porter les couleurs ouvre assez rapidement la voie au professionnalisme. Le football entre là en rupture avec la conception noble des sports ; lors de la refondation des Jeux Olympiques, seul le sport amateur est considéré. Le refus du professionnalisme est la norme et abouti notamment à la séparation entre le rugby à XIII et le rugby à XV. Le scénario n’est pas le même pour le football, qui reste uni mais maintient à l’écart du haut niveau les couches populaires. La perspective de remporter un trophée prestigieux, avec l’argent et la publicité qui sont au bout, intéresse néanmoins les industriels ayant créer un club pour leurs ouvriers : c’est l’heure de l’amateurisme marron, ces emplois de complaisance offerts aux meilleurs joueurs du pays pour faire briller la firme. Le pouvoir de ce football d’entreprise est tel que lorsque la FA voulut interdire l’amateurisme marron en 1884, cela conduit un an plus tard à l’adoption des premières règles limitant le salaire des joueurs… L’Angleterre vient d’inventer un nouveau métier, prisé de tous.

Professionnalisme et industrie culturelle

Ce premier professionnalisme est pourtant très réglementé. Une triple affiliation (club, fédération et ligue) est exigée et le footballeur renonce à sa liberté de quitter l’entreprise quand il le désire. La rémunération est limitée en 1900 à 4 livres par semaine, soit tout de même deux fois le salaire d’un ouvrier qualifié, mais la plupart gagnent moins. Le football est pourtant un spectacle lucratif, attirant environ 20 000 spectateurs par match pour les plus gros clubs londoniens. En clair, en l’espace de trente ans, le jeu est passé d’une pratique d’élites à un divertissement par et pour les classes laborieuses.

Dans le même temps, le football se mondialise très rapidement. Dans les autres pays européens bien sûr (le club doyen du football français, le HAC, est créé en 1972) mais surtout dans les colonies. Soucieux de civiliser les populations autochtones, les colons implantent des public schools pour instruire les élites locales. Le football est bien sûr au programme, permettant d’inculquer le self-control, la coopération ainsi qu’une certaine approche de la rationalisation du jeu et de ses objectifs. Le football est alors davantage un moyen de contrôle des populations qu’un élément révolutionnaire. Derrière cet usage se cache cependant une révolution : le football devient en effet le premier loisir mondialement partagé.

Il est depuis devenu l’une des industries culturelles les plus rentables et le produit médiatique le plus consommé au monde : plus d’une personne sur deux sur Terre a regardé au moins une minute de la Coupe du Monde en Russie, dont 97% de la population en Amérique du Sud et 86% en Europe. En mesure d’attirer les spectateurs, le football a logiquement accompagné les progrès des médias, notamment les révolutions de la télévision en direct puis de la couleur. Après les Jeux de Berlin, la FA s’essaye à diffuser des matchs dès 1938. Le football télévisuel rencontre son premier vrai succès avec la finale de FA Cup 1953, suivie par 10 millions de téléspectateurs, dont une partie avait sans doute acheté son poste pour le couronnement de la reine la même année. La Coupe du Monde 1954 est à son tour filmée et retransmise. Puis ce sont les Jeux Olympiques de Mexico, intégralement retransmis en couleur, qui portent pour la télévision une nouvelle révolution du football : l’apparition du carton. Mais n’allons pas trop vite en besogne.

Histoires de contrats

La retransmission du football à la radio puis à la télé permet surtout de toucher toutes les couches de la population, y compris les femmes et les enfants, qui ne se rendent pas au stade (les tribunes étant encore considérées comme un lieu d’agitation). Cela accroit encore la popularité du jeu mais aussi de ses acteurs. Devenus des vedettes, les footballeurs ne peuvent plus se contenter d’un bas salaire et d’être à la merci de leur employeur. Le professionnalisme gagne l’Europe et l’Amérique du Sud dans les années 1920, parfois à reculons, parfois en contournant les règles, mais toujours sur fond de lutte des classes entre les riches nostalgiques d’un sport réservé à une élite et les clubs gagnant en puissance grâce à l’amateurisme marron. Inadmissible pour un CIO des plus rigoristes en matière d’amateurisme : le divorce entre la FIFA et l’instance olympique fut consommé avec la création de la Coupe du Monde de football, qui vint rapidement concurrencer les Jeux en terme de popularité. Dans le même temps, la FIFA créé deux types de licences pour les joueurs professionnels, qui donnent en fait le pouvoir aux clubs : seul un joueur transféré avec l’accord de son club (et moyennant une indemnité) peut se voir inscrire dans les compétitions principales, officiellement afin d’éviter le racolage. Ces décisions poussent les fédérations britanniques à claquer la porte de la FIFA, preuve que le football a pris son indépendance.

Source : lefigaro.fr

Les joueurs resteront longtemps assujettis à ce cadre qui fait d’eux des capitaux dénués de pouvoir décisionnaire. Comme les contrats sont « à vie » (jusqu’à leurs 35 ans), impossible de faire jouer la concurrence ou de renégocier son salaire. Ce contrat est dans le viseur de l’UNFP, premier syndicat de joueurs en France, dès sa création en 1961, et abolit en Angleterre en 1963. Raymond Kopa, l’un des meilleurs joueurs de l’époque qui du tout de même travailler à la mine toute son adolescence, signe alors « les joueurs sont des esclaves ». Un constat repris par Le Miroir du football, mensuel apparenté au Parti communiste et en pointe d’une certaine contestation qui trouve son apogée en mai 1968. Le football français est alors au fond du gouffre, éliminé au premier tour de la Coupe du Monde 1966 et sorti par la Yougouslavie à l’Euro avant le tournoi final. Pierre Lameignère, journaliste au Miroir du football, émet l’idée d’une occupation du siège de la FFF. L’action prend place le 22 mai, au plus fort des grèves. Une petite troupe envahit l’hôtel du 60 bis de l’avenue d’Iéna, déploie des banderoles et retient Georges Boulogne pour lui faire entendre une liste de revendications qui figurent également sur un tract-programme, « le football aux footballeurs ». La suppression de la licence B et du contrat à vie sont en tête de cette liste. Organisés en un Comité d’action, les occupants veulent organiser un référendum auprès des 600 000 footballeurs amateurs et nettoyer la Fédération de la bourgeoisie qui en aurais pris la tête pour servir ses propres intérêts. Le mouvement rencontre cependant peu d’échos dans la presse et chez les footballeurs pros, mais il aboutit à la création d’une Association française des footballeurs qui obtient la fin de la licence B puis l’abolition du contrat « esclavagiste » début 1969.

Tout n’est pas réglé pour autant. En 1995, Jean-Marc Bosman se voit interdire par son club du FC Liège, avec qui son contrat vient de se terminer, de rejoindre Dunkerque. Bosman, porte l’affaire devant la CJCE, considérant que les règles de l’UEFA enfreignent le droit communautaire. Il obtient gain de cause et révolutionne à lui seul le système des transferts dans le football par la création du célèbre arrêt qui porte son nom. Le nombre d’étrangers dans les clubs professionnels explose, de même que le montant des indemnités de transferts. Déjà mondialisé, le football passe un cap en créant un système économique propre, où les moins puissants deviennent pourvoyeurs de talents pour le compte des géants. Ainsi, les clubs belges, portugais ou néerlandais voient leur influence diminuer sur la scène européenne alors que leurs jeunes partent pour l’Espagne ou l’Angleterre dès leur éclosion.

Sport d’élites devenu sport de masse, le football a bien eu sa part de révolutions sociales et culturelles. Malgré les résistances, le football est devenu le premier sport régulièrement diffusé à la télévision et mondialement professionnalisé. Si les intentions des agitateurs de mai 68 sont clairement révolutionnaires, la conquête de droits sociaux nouveaux et spécifiques aux footballeurs relève d’une lutte généralisée à l’échelle d’un système qui reproduit pourtant un rapport dominant-dominé.


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. François Pacaud dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,

    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org).

    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search